Le coach d’Eupen est resté poli, mais a déclaré  : “Les gens qui consultent la vidéo n’ont que cela à faire…”

Au moment du 2-1 de Santini, aucun Eupenois n’a bronché. Ce n’est qu’après avoir vu les images à l’issue du match que Claude Makélélé comprenait qu’il avait été volé. “L’arbitre a fait un match correct. Mais sur cette phase-là… Le hors-jeu était flagrant. Parfois, le VAR revient sur des actions inutiles. Mais, sur une action très claire comme celle-ci, le VAR ne bouge pas. Les gens qui consultent la vidéo n’ont que cela à faire. C’est leur travail. C’est difficile à avaler pour mes joueurs, qui méritaient un point. Mais bon, on a remis Anderlecht en vie en faisant quelques erreurs qui ont mené au 1-1.”

© DR

Confronté à la phase litigieuse, Fred Rutten avait un petit sourire. “Je n’ai pas vu les images, mais j’ai entendu qu’il n’y avait pas hors-jeu. Il y a quand même un VAR, non  ? Sur toute la saison, il y a un équilibre entre les décisions qui sont en faveur et en défaveur d’une équipe. Même quand il y a un VAR, ce sont des êtres humains qui doivent interpréter des phases de jeu. Des opinions peuvent différer. S’il y a hors-jeu, il y a hors-jeu. Mais ce qui compte pour nous, ce sont les trois points.”

Et le VAR, où figurait l’ex-arbitre Christophe Virant ? Après le match, il a admis son erreur. Mais le mal était fait.