Le titan de la distribution électro en Belgique (14 % de PDM) se lance dans l’e-commerce. Livraison le lendemain garantie. Mais sera-t-il vraiment le plus intéressant ?

On ne dira pas que l’ogre de l’électro-multimédia, implanté chez nous depuis 11 ans, jouait au fou, démentant son célèbre slogan, mais tout de même : rester si longtemps sourd aux sirènes de l’e-commerce, qui convainc chaque jour de plus en plus de Belges (lire ci-contre), ce n’était pas très loin de frôler la démence. Surtout que ses rivaux (Fnac, Vandenborre, Krëfel, Photo Hall, Euro Center, pour ne citer que des enseignes présentes en Belgique, on ne parle même pas de pure-players tels que Pixmania ou Amazon) disposent déjà tous de leur webshop, plus ou moins développés.

La ligne de supermarchés électro-techno d’origine teutonne vient de corriger le tir : elle élargit enfin ses canaux de distribution en proposant la vente de ses produits via son site Internet. Fini, donc, le triste site où l’activité la plus fun consistait à feuilleter le folder de l’enseigne la plus proche en PDF, avec un reader poussif. Il est désormais possible d’acheter son frigo, smartphone, téléviseur ou lave-linge chez Media Markt, sans bouger de son sofa.

Même si le lancement commercial a lieu ce 19 juin, le nouveau www.mediamarkt.be est déjà accessible. On y trouve quelque 5.000 références pour l’instant, mais ce chiffre est destiné à croître. L’achat est déjà permis. Media Markt pratique les mêmes tarifs qu’en magasins, et garantit la livraison, gratuite, à domicile le lendemain de la commande. Vous pouvez, également, choisir de venir chercher le produit commandé, le jour même.

Ce lancement est loin d’être anodin : en plus de concerner le leader de la vente électronique en Belgique, avec 14 % de ce juteux marché dans son escarcelle, il symbolise la quasi-obligation, dans notre société, pour un commerçant, de développer une stratégie multicanal. Encore plus lorsqu’on parle d’un générateur d’emploi au chiffre d’affaires tel que celui de Media Markt (697 millions en 2012). Chiffre dans lequel mediamarkt.be devra, “à terme”, dixit la direction du groupe, générer 10 % des ventes. Pour l’aider dans cette ambition, la holding Media-Saturn a fait main basse sur redcoon.be, un autre site de vente de produits high-tech et électroménagers.

Longtemps, Media Markt a volontairement déprécié son site Web, pour la simple et bonne raison qu’il dégageait des chiffres impressionnants via ses seules ventes physiques, en magasins. Se tourne-t-il, aujourd’hui, vers le tout-Internet ? “Absolument pas”, scande Sven Degezelle, CEO. L’investissement déjà budgété de 30 millions, pour couvrir l’ouverture de 10 nouveaux superstores de 3.000 m2 dans les trois ans en Belgique, en atteste. Dans le collimateur : Malines (ouverture le 27 novembre) mais aussi Tournai, Wavre ou Turnhout. Namur, également, intéresse le groupe. Alors que Media Markt – Saturn quadrille déjà notre (petit) territoire avec 22 magasins, plus deux au Luxembourg.

Le marché online de l’électronique en Belgique, aujourd’hui, ne représente pas plus de 6 %. Mais il croît, vite et fort. Media Markt estime qu’il flottera, en 2016, autour des 20 %, cap déjà atteint chez nos voisins hexagonaux. Raison pour laquelle il devenait urgent que le cannibale de l’électro s’attaque sérieusement à la Toile. Il a pour lui, c’est su de tous, l’avantage du choix, et des prix. Cela ne suffit pas toujours pour assurer la pérennité d’un web-shop, où la dimension qualité de service prend sans cesse plus d’ampleur, dans un secteur chaque jour plus concurrentiel.

Alexis Carantonis