Pas de manif en front commun pour le statut commun

SOCIALLIÈGE Même s’ils se battent tous deux pour un statut commun de haut niveau pour les ouvriers et les employés, Setca et CNE n’ont pas mené d’actions en commun, ce jeudi en province de Liège.

Ainsi, dès le petit matin, le syndicat socialiste a installé des barrages filtrants sur le site du Sart-Tilman, à Liège et au rond-point Kermadec à Verviers et y a distribué des tracts.

Ensuite, en fin de matinée, environ 300 manifestants ont pris la direction du siège liégeois du PS, place Sainte-Véronique où ils ont été reçus par le président de ladite fédération, Willy Demeyer.

De son côté, la CNE a mené des assemblées et a procédé à des distributions de tracts. Des affichages ont aussi eu lieu dans et/ou aux abords des entreprises.

Le mouvement de grève a été très bien suivi chez Ikea, à la centrale de Tihange, chez EDF-Luminus, à Seraing, au centre Aide&Soins à Domicile (ASD) de Liège et à la Mutualité Chrétienne de Liège.

“Face aux menaces du gouvernement, tous ces délégué(e)s et affilié(e)s CNE ont accepté de perdre un jour de salaire surtout pour défendre le statut de futurs travailleurs et pour améliorer la situation des ouvriers. La suppression de toutes les discriminations est une question de justice. Et seule une harmonisation vers le haut assurera le maintien d’un statut convenable pour employés et cadres”, indiquent les représentants CNE.

Voyant plus large que leurs homologues du Setca, les manifestants CSC-CNE ne se sont pas contentés d’aller voir le PS, mais ont préféré se rendre aux sièges des 4 partis traditionnels.

Vêtus de cols blanc et bleu de travail, environ 200 personnes ont marché, main dans la main, pour réclamer un meilleur statut pour tous.

Partis de la place de l’Yser, ils se sont d’abord rendus chez Ecolo, avant de rejoindre le MR. De là, direction le PS pour achever la tournée au cdH.

Philippe Deceukelier, Permanent principal CNE, a remis aux représentants des quatre partis une lettre reprenant les revendications du syndicat chrétien.

J.-M. C.