Japon Partis des données recueillies lors du séisme de Tohoku, deux géologues américains ont mis au jour un modèle acoustique du tsunami qui s’en est suivi. Ils se sont en effet rendu compte que le mouvement géologique émettait des ondes sonores de grande amplitude. Ce son se déplace plus vite que la vague et, le cas échéant, pourrait permettre d’annoncer plus tôt son arrivée. De manière à préserver davantage de vies humaines. Cela à condition de disposer des hydrophones, réglés pour réagir spécifiquement à ces ondes.

J.-B. M.