"Je suis née homme pour devenir femme à 27 ans sans aucun soutien de ma famille"

Les candidats aux élections communales rivalisent parfois d’inventivité pour faire parler d’eux à l’approche du scrutin. Deuxième sur la liste Demain c’est Maintenant à Nassogne, Roxane Godefroid s’est illustrée par une vidéo pour le moins insolite diffusée le net. Elle y fait campagne en exécutant la danse des canards, déguisée en chenille géante.

Comment vous est venue l’idée de cette vidéo ?

"Tous les candidats de la liste ont réalisé une capsule vidéo pour se présenter. On partageant la mienne, j’ai promis que si elle atteignait les 1.000 vues, je publierais une seconde vidéo plus humoristique. La capsule ayant récolté 1.077 vues, j’ai tenu parole."

Pourquoi ce côté décalé ?

"La politique ne se résume pas au côté sérieux. Elle comporte aussi une part d’autodérision. Chacun possède sa propre personnalité, et je ne vais pas changer la mienne sous prétexte que je me lance en politique. Il se trouve que parmi les nombreuses activités dans lesquelles je suis impliquée sur la commune, j’ai notamment relancé le carnaval de Nassogne voilà quelques années. Enfiler un costume ne me pose donc aucun problème."

Comment vos colistiers ont-ils réagi ?

"Ils ne sont pas tous emballés. Mais on est en démocratie et j’assume complètement mon choix. J’espère d’ailleurs que le buzz prendra de l’ampleur. J’ai promis une autre surprise si la vidéo atteignait les 5.000 vues. Comme j’ai la phobie du vide, mon défi consistera à exécuter un saut à l’élastique. C’est un peu comme en politique. Même si je me lance dans l’inconnu, je n’ai qu’une parole. Quand je promets quelque chose, je me bats pour l’obtenir."

Vous ne craignez pas les critiques ?

"Je devrais peut-être tourner ma langue sept fois dans ma bouche avant de parler, mais je dis ce que je pense. Même si ça peut me retomber dessus… La vie que j’ai vécue a fait de moi une femme forte de caractère. Je suis née homme pour devenir femme à 27 ans sans aucun soutien de ma famille. On m’a insultée, on m’a craché dessus, on m’a crevé les pneus. Quand je vois d’où je viens et ce que je suis aujourd’hui, je suis la femme la plus heureuse du monde. Et je suis fière d’avoir fait le buzz comme je l’ai fait."

N.P.