Une avocate l’accusait de tentative de viol, violation du secret professionnel, calomnie et diffamation

CHAMBRE DU CONSEIL BRUXELLES Hier, la chambre du conseil de Bruxelles a prononcé le non-lieu en faveur de l’avocat Abdelhadi Amrani, contre lequel sa consœur Isabelle Saels, du même barreau de Bruxelles, avait déposé plainte et s’était constituée partie civile, en décembre 2008, des chefs de : tentative de viol, violation du secret professionnel, calomnie et diffamation.

Les deux avocats intervenaient au civil ou au pénal comme défenseurs de M. Bouchaïb Moqadem, le père des cinq enfants tués par leur mère Geneviève Lhermitte.

C’est lors d’un voyage très médiatisé de M. Moqadem au Maroc que Me Saels déclarait que son confrère avait tenté de la violer dans sa chambre d’hôtel à Agadir. Elle produisait un certificat médical faisant état de traces suspectes sur les cuisses. Me Amrani répliquait que c’était du “délire pur ”.

De retour en Belgique , Isabelle Saels annonçait qu’elle quittait la défense de Moqadem. Me Amrani rectifiait, selon lui, qu’il n’avait en réalité jamais été question qu’elle intervienne au procès Lhermitte à Nivelles.

La doyenne des juges d’instruction bruxellois, Anne Gruwez, s’est chargée de ce dossier délicat. Des journalistes furent entendus comme témoins.

Entre-temps, la justice bruxelloise inquiétait Me Amrani dans un deuxième dossier.

Me Amrani, qui plaide également l’innocence, parle d’un coup monté et assure qu’il le démontrera, y est néanmoins inculpé de tentative de vol avec effraction.

Contactée par la DH, Isabelle Saels annonce qu’elle interjettera appel, maintient ses accusations et dit regretter que la vérité judiciaire ne corresponde pas à la vérité tout court.

Me Amrani est un pénaliste dont les résultats aux assises suscitent des jalousies. Il n’est non plus un secret pour personne que l’avocat est le beau-fils de la présidente d’assises Karin Gérard.

Selon Me Saels , la tentative de viol s’est passée au premier jour de leur arrivée à Agadir.

Me Amrani répliquait qu’immédiatement après les “soi-disant faits”, Isabelle l’avait rejoint au bord de la piscine, prouvant selon lui qu’il n’y avait donc rien eu.

Gilbert Dupont

C’est au Maroc où il préparait la défense de Bouchaib Moqadem que s’était déclenché l’incident impliquant Me Amrani. belga