William Roelants a créé le premier marché bio de Bruxelles, en 1984

Si les marchés fonctionnent bien, c’est aussi (et surtout) grâce à des maraîchers passionnés par leur travail et les produits qu’ils vendent. C’est le cas de William Roelants de Stapper, 65 ans, l’un des pionniers du bio à Bruxelles. En 1984, il a en effet créé le 1er marché biologique de la capitale, au Gué, à Woluwe-Saint-Lambert. 29 ans plus tard, il se trouve à deux pas de son emplacement d’origine, sur la chaussée de Roodebeek. Quatre échoppes fixes (les fruits et légumes de William, des pains et pâtisseries, de la viande, ainsi que des produits laitiers) suffisent au bonheur d’une clientèle fidèle.

“Dans les années 80, on passait un peu pour des originaux”, se rappelle William. “Par la suite, les crises alimentaires, comme celle de la dioxine, ont amené une clientèle nouvelle et, avec elle, le respect de ce que nous proposons.” Aujourd’hui, 25 % de cette clientèle est composée de personnes envoyées par les médecins, assure le maraîcher. “Je vois aussi de plus en plus de mamans. Elles achètent bio avant tout pour leurs enfants.” Les clients parcourent parfois des kilomètres pour venir au petit marché de Roodebeek. “Certains viennent de Rixensart”, assure William. “Car nous sommes hyper-spécialisés. Chaque commerçant connaît parfaitement ses produits et est passionné par son métier, ce qui est essentiel.”

Ce tableau presque idyllique est noirci par le problème de la succession. Comme de nombreux commerçants, William n’est pas certain qu’un de ses enfants reprendra le flambeau. “Peut-être ma dernière fille”, dit-il. G. D.