Le nouveau collège prendra le temps pour bien faire les choses…

POLITIQUE LIÈGE Claude Emonts, le président sortant du CPAS de Liège, rempile au même poste dans la nouvelle majorité liégeoise.

“Mais pour trois ans seulement”, précise-t-il. “Ce qui donne le temps aux responsables de préparer la suite…”

D’autres membres du nouveau collège liégeois n’iront sans doute pas au terme de la mandature qui débute le 3 décembre prochain.

Du côté du CDH , par exemple, on évoque des échevinats à durée variable. “Pour préparer l’avenir”, explique Michel Firket. “Exactement comme cela s’est passé, ces derniers mois à Namur.”

Anne Delvaux, néo-élue au conseil communal de Liège, devrait donc rejoindre la table du collège d’ici fin 2018. Elle devrait y remplacer un des deux échevins CDH, la formation sociale-chrétienne ayant perdu un de ses trois représentants à la suite de la nouvelle arithmétique wallonne relative à l’exécutif des communes.

On n’en est pas encore là. Pour l’heure, à la ville de Liège, on distribue les mandats échevinaux étant entendu que le bourgmestre, Willy Demeyer, est connu depuis le soir des élections. Côté nouveauté : pas grand-chose. En effet, si Jean-Gery Godeaux disparaît de la galaxie communale liégeoise (1) suite à ses piètres résultats aux dernières élections, une seule nouvelle tête apparaît chez les décideurs liégeois. Et encore. Julie Fernandez-Fernandez n’est pas vraiment une nouvelle venue. Elle avait déjà été échevine de Liège jusqu’en 2008 et n’avait abandonné ses titres et fonction que pour devenir secrétaire d’Etat au gouvernement fédéral.

Voilà pour les hommes et les… femmes. “Il y en a deux fois plus que dans l’ancien collège”, constate-t-on même si, en matière de parité, on est encore loin de l’équilibre : 20 % à peine du nouveau collège est féminin.

Quant à l’avenir, on n’entend pas trop se presser pour le mettre en place. Au niveau du budget 2013, par exemple, les amateurs du genre ne doivent pas en attendre le détail avant l’été… 2013.” D’ici là, on vivra en douzièmes provisoires”, confirme le bourgmestre qui veut se donner le temps de “construire”. De construire et de diriger, notamment les séances du conseil dont il n’entend céder la présidence à personne.

Ed. F. (1) Non élu direct, Jean-Gery Godeaux sera quand même au conseil. Joseph Georges, élu lui, ne siégera pas et pour cause : il dirige une école communale !