Les riverains de ce quartier brainois craignent la mise en zone rouge

de l'espace vert

BRAINE-L'ALLEUD En tant que bourgmestre, je m'engage à ce que le parc Bourdon reste toujours d'intérêt public et ne soit jamais l'objet d'un projet de lotissement.

Le maïeur de Braine-l'Alleud Vincent Scourneau veut ainsi mettre fin aux craintes de certains riverains du parc.

La commune souhaite en effet installer un espace multisports dans le parc Bourdon, à proximité de la rue de l'Eau vive. Pour cela, elle a introduit une demande de dérogation au plan de secteur pour faire passer l'actuelle zone verte en zone d'intérêt public. Une enquête publique est actuellement en cours et se termine le 25 janvier.

Nous ne sommes pas contre des infrastructures sportives, admet un riverain, Bernard Hazaer. Notre grande inquiétude, c'est la demande de dérogation au plan de secteur. Ce n'est pas la première fois en Brabant wallon, et en Belgique, qu'on change une affectation de sol pour l'une ou l'autre raison et qu'on finit par y réaliser des constructions. Il faut être avant-gardiste. C'est le seul poumon vert qui nous reste en tant que tel à Braine-l'Alleud.

L'échevin de la Jeunesse Olivier Parvais tient, pour sa part, à mettre les points sur les i.

Cela reste toujours une zone verte, insiste-t-il. Dans le parc de 11 ha, nous voulons installer un terrain synthétique pour le basket et le football de 10 m sur 20, à la demande des jeunes. Toutes les garanties sont pour les riverains. D'ailleurs, l'avis général est favorable.

A l'écoute des riverains

Bernard Hazaer indique par ailleurs que la notice d'évaluation préalable des incidences sur l'environnement, réalisée par la commune, comporte des lacunes.

Visiblement, ceux qui ont fait cette étude n'ont pas été sur place, note le riverain. En outre, nous avons plusieurs propositions d'aménagement du parc autre que l'infrastructure sportive qui risque d'engendrer des nuisances sonores. On pourrait notamment refaire les chemins en dolomie pour les joggeurs, remettre en état le parcours Vita, créer une aire de pétanque, une table d'échecs...

Le projet actuel répond à une demande des jeunes du quartier, selon Olivier Parvais. Qui ajoute être à l'écoute de tous.

Une réunion a déjà eu lieu en novembre avec les habitants, conclut-il. Une autre aura lieu le 19 janvier, à 14 h 30, dans l'ancien dépôt communal de la rue Légère Eau.