Isières “La différence s’est avant tout faite au tamis en première armure”, explique le président d’Isières, Denis Blain. “Les Brabançons ont trop souvent servi au large. Ce fut mieux à la reprise, mais nous avons assuré le coup en continuant de briller dans le carré d’envoi, mis à part une livrée hors cadre à 40 à 2 en fin de rencontre. Notre régularité au tamis a réellement primé pour aller chercher les trois points. Cependant, cela n’a pas été une grande lutte.”

Dom. A.