L’auteur de treize hold-ups voit sa peine de sept ans réduite à cinq ans

COUR D’APPELLOUVAIN-LA-NEUVE La plaidoirie poignante de Me Pierre Deutsch a ému la cour d’appel de Bruxelles appelée à statuer sur le dossier à charge de Mikudi, né à Ottignies le 2 mai 1979.

Et il en fallut de la conviction pour faire plier la 12e chambre, surnommée “la guillotine” par les familiers, tant les appels des prévenus sont désespérés devant les trois juges réputés inflexibles.

Or, les treize hold-ups imputés au trentenaire congolais n’invitaient pas vraiment à la clémence. L’intéressé a sévi à Louvain-la-Neuve, pratiquement toujours dans le même quartier, pendant plus de deux ans, entre janvier 2010 et janvier 2012.

Pis, le gangster patenté s’est attaqué à sept reprises à l’Hôtel Mercure de la cité universitaire. Et il a parfois usé de ruses, appelant lui-même la police pour une rixe dans un quartier et se donner les coudées franches avant de braquer une énième fois dans un autre coin de la ville.

Mikudi a joué de veine aussi puisqu’il n’a finalement été arrêté qu’en août dernier, après avoir décoché quelques volées de gnons aux agents. Mais, disait-il, il n’avait pas compris tout de suite qu’il avait affaire à des membres des forces de l’ordre. “À d’autres !”, ont répondu, en d’autres mots, tous les juges qui ont eu à connaître de ses dossiers.

En fait, Mikudi était traqué après son identification formelle sur les images des caméras de surveillance. Puis, son ADN a été relevé sur les cagoules et gants qu’il abandonnait parfois sur place.

N’empêche, Me Pierre Deutsch a su trouver les mots pour décrire l’itinéraire d’un homme déraciné, dévoré par l’alcool et les stups, en perte cruelle de repères.

Enfin, le trentenaire a perdu l’usage d’un œil et les constats médicaux sont sans ambiguïté : il va également perdre l’usage du second. Bref, la peine de sept ans, prononcée à Nivelles, est tombée à cinq ans, à Bruxelles.Jean-Pierre De Staercke