Un samedi pour approcher une profession. Et ce, grâce à Place aux enfants

ÉVÉNEMENT NAMUR Les 270 bambins qui ont participé à l’opération Place aux enfants, coordonnée par l’échevin Tanguy Auspert, ont pu satisfaire leur curiosité, regarder les adultes, et à leur tour jouer aux grands.

Ce qu’ils sont venus chercher ? Une part de rêve, ancrée dans le plus pur réalisme. C’est un monde des adultes rendu sympathique, parfois ludique, qui leur a ouvert ses portes.

Parmi les 35 professions qui accueillaient les enfants, beau succès notamment pour la police de Namur. Après un petit film sur le fonctionnement du corps de police, le chef de corps a conduit les petites têtes blondes à la découverte des équipes d’interventions GIS qui comptent une petite vingtaine de policiers.

Les enfants ont découvert tout l’attirail : pistolets mais aussi armes des tireurs d’élite, gilets pare-balles, lance projectiles en plastique pour désarmer sans blesser, bélier, gazeuse au poivre, bouclier pare-balles, lunettes de vision nocturne, menottes… Palpitant ! Les gros effets sont de fait délectables.

Mais heureusement, les jeunes ne s’y cantonnent pas. Chatouillez-les un peu plus et ils vous parlent de “service” et de “défense de la société”. “C’est un beau métier, on peut sauver des vies”, commente un garçonnet en enfilant un gilet pare-balles.

Les GIS interviennent en appui lors des vols en cours, bagarres, ou hold-ups. Ils ont aussi des missions spécifiques en fonction des besoins (perquisitions, car-jackings, prises d’otages, fort chabrol, filatures…).

“Les GIS sont un atout précieux pour contenir la criminalité violente”, souligne le chef de corps, Pascal Ligot. “Ils permettent une réponse immédiate à tout problème de violence qui sort de l’ordinaire.” Les enfants ont été étonnés d’apprendre que seules les zones de police de Liège et de Namur comptent des GIS en Wallonie. “Ces hommes doivent suivre continuellement des entraînements exigeants et être disponibles en permanence”, précise Eddy Polet, qui a dirigé ce service durant trois ans. La journée s’est clôturée par une dégustation de crêpes et un flash mob.

A.-F. So.

Les enfants ont pu tout voir. Du pistolet au lance-projectiles en passant par le gilet pare-balles.somers