Fin de l’enquête publique. Les opposants préparent l’offensive

URBANISME ANDERLECHT/ST-GILLES Le projet appelé Victor, porté par le groupe Atenor et consistant à construire trois tours de bureaux et une petite tour de logement sur l’îlot dit Lombard (rue Blerot, à côté de la tour du Midi), fait l’objet d’une demande de permis d’urbanisme auprès des communes d’Anderlecht et de Saint-Gilles.

Une aberration, selon les opposants au projet, dont Inter Environnement Bruxelles (IEB). L’association reproche le manque de mixité du projet “dans un contexte de crise du logement, alors que Bruxelles compte déjà au bas mot 1,6 million de mètres carrés de bureaux inoccupés, que près de 300.000 m 2 de bureaux ont déjà été construits dans le quartier Midi au prix de la démolition de nombreux logements et de l’expropriation de leurs habitants”.

Tout en rappelant parallèlement le souhait de la SNCB “d’ériger encore 250.000 m 2 de bureaux neufs sur le site de la gare du Midi”. Pour rappel, en janvier dernier, les pouvoirs communaux d’Anderlecht et de Saint-Gilles ont récemment abrogé sur mesure les deux plans particuliers d’affectation du sol (PPAS) en vigueur sur cette zone. Selon IEB, toujours, sans cette abrogation, le projet – qui prévoit une surface équivalente à 100.000 m2 pour les bureaux et 6.000 m2 seulement de logement – n’aurait pu se réaliser.

Autre grief  : le caractère spéculatif de ce projet; “il n’y a pas de demande pour occuper ces bureaux, qui seront plus que probablement loués ou achetés par des sociétés déjà installées à Bruxelles”, disent-ils.

Hier sonnait la fin de l’enquête publique du projet. Le 29 septembre, la commission de concertation se réunit à Anderlecht. Les opposants comptent bien y faire entendre leur voix.

“Il faut arrêter la construction de nouveaux bureaux à Bruxelles, stopper les investissements spéculatifs, construire en masse du logement public et du logement social, mettre fin à cet urbanisme des petits arrangements secrets passés entre promoteurs et élus et où les procédures de concertation ne servent qu’à donner un semblant de légitimité démocratique !”, expriment-ils ainsi dans un communiqué.

R. Le.

L’IEB reproche le manque de mixité du projet.dr