Des supporters en kilt animent

la capitale depuis plusieurs jours

BRUXELLES Phénomène étrange, des hommes en jupe se promènent à Bruxelles. Et depuis samedi, ils sont de plus en plus nombreux. Non, ce n'est pas une action pour la libération des hommes, pas du tout, ce sont tout simplement... des supporters écossais. Et ils sont légion.

Selon certains, ce serait le plus grand déplacement de supporters écossais pour un match de football connu jusqu'à ce jour. Peut-être est-ce dû à l'importance de l'enjeu: un match comptant pour la Coupe du Monde. Faut-il y voir la proximité des deux pays ou encore une certaine sympathie pour un peuple qui vit sous le même ciel gris... C'est le même temps qu'à la maison, s'exclame un supporter écossais.

Nous ne sommes pas comme les Anglais!

Les Belges sont très chaleureux, ajoute un autre. L'importance du match n'empêche pas nos Ecossais de voir leurs adversaires sous un bon jour et de profiter de leur bref séjour pour lier connaissance.

Les hommes en kilt sont venus en amis. On aime la Belgique. On n'est pas préoccupé par le résultat. Ce qui compte, c'est qu'on s'amuse bien, affirme un Ecossais tout sourire. Nous ne sommes pas des hooligans. Nous ne voulons pas d'ennuis, enchaîne-t-il. Parce que, attention, les Ecossais ne supportent pas qu'on les confonde avec les Anglais. D'ailleurs, par leur tenue de circonstance, ils marquent leur différence. Le kilt est en effet porté lors des occasions spéciales, comme les grandes rencontres sportives, la fête nationale, la remise du diplôme ou le mariage. Pas seulement le kilt, mais aussi le béret avec une plume d'aigle, les chaussettes de laine et la bourse en peau d'hermine ou de phoque. Le kilt fut un temps interdit par les Anglais qui le trouvaient trop barbare...

Dans l'attente du match, les Highlanders sillonnent les rues et cafés de Bruxelles. Facilement reconnaissables, ils apportent leur folklore dans une ville qui en manque parfois. Chants et danses sur un fond de cornemuse amusent autant les citadins que les touristes de la Grand-Place. Ils aiment peut-être se faire remarquer. En tout cas, ils ne dérangent personne et sont toujours prêts à vous offrir une poignée de main, à défaut de se faire comprendre autrement. L'accent oblige...