Jean-Paul Philippot Administrateur de la rtbf et président de l’uer

“Profonde consternation”

“Quand la police coupe un émetteur et interdit à des journalistes de faire leur profession, ça s’appelle un coup de force, ça s’appelle de la censure, ça s’appelle une régression majeure de la démocratie. Une régression jamais connue”, a déclaré Jean-Paul Philippot. Qui, dans un courrier officiel, marque la “profonde consternation” de l’UER (Union européenne de radio-télévision). “Si nous reconnaissons le besoin de faire des économies budgétaires, les émetteurs publics sont plus importants que jamais dans les périodes de difficultés nationales.”

Paul Magnette président du ps

“Un jour noir pour la démocratie”

“C’est un jour noir pour les services publics en Grèce mais aussi pour l’audiovisuel en général et pour la démocratie en particulier. Cette décision bafoue plusieurs principes fondamentaux de l’Union européenne. La fermeture des télévisions publiques, décrétée par le parti du ministre conservateur Samaras, a été prise sans l’accord du Parlement grec et contre l’avis des deux autres partis de la coalition gouvernementale dont le Pasok. C’est un véritable déni de démocratie […]. Mais c’est surtout un nouvel exemple de la brutalité des mesures préconisées par la Troïka pour la Grèce, et de l’absurdité de l’austérité imposée contre vents et marées par les institutions européennes.”