Pour son retour sur scène, le chanteur anglais s’est mouillé dans l’arène de l’Aviva Stadium de Dublin. Au sens propre, comme au figuré

CONCERTDUBLIN envoyé spécial en irlance pierre-yves paque

“Je suis tellement content d’être de retour, ça faisait trop longtemps !” Au vu du nombre de malaises vendredi soir, ses fans irlandais(es) aussi. Si l’époque où Robbie Williams remplissait les stades en un claquement de doigts semble loin – l’Aviva Stadium de Dublin de 50.000 places ne donnant pas toujours l’impression d’être plein à craquer –, le chanteur britannique en a toutefois encore sous le coude, à 39 ans.

Pour sa tournée Take The Crown (Prenez la couronne en français dans le texte), issue de son neuvième album studio du même nom et dont les répétitions ont eu lieu à Bruxelles début juin, Robbie Williams veut revenir en force après une période néfaste, faite de flops musicaux, de dépression et d’alcool (son visage paraissait d’ailleurs un peu bouffi).

Après avoir réintégré son boys band Take That de ses débuts, le voilà qu’il repart sur la route des stades d’Europe. Suivi, pour chacune de ses premières parties, par la révélation du The X Factor britannique de 2010, Olly Murs.

Surtout connu chez nous pour son Troublemaker en featuring avec Flo Rida, le chanteur pop de 29 ans – qui a déjà trois albums à son actif – a lui aussi conquis le public irlandais. Tel un chauffeur de salle, Olly Murs était la mise en jambes adéquate pour cette froide nuit d’été dublinoise.

Robbie Williams himself lui accorde même un duo en plein milieu de son concert. “J’ai vraiment eu un coup de cœur pour ce garçon”, confessera-t-il.

Première étape du Take The Crown Tour oblige, rien n’arrêta Robbie Williams, vendredi soir. Pas même la pluie battante qui s’est abattue en début de concert sur la capitale irlandaise. Il déchaîne les foules – qui jumpent, en délire, entre les gouttes – autant que le ciel.

Car le moins qu’on puisse écrire, c’est qu’il connaît mieux que personne les ingrédients pour un spectacle réussi. “Au diable la pluie, êtes-vous prêt à mettre le feu ce soir !?” Charismatique, jamais à court de vannes et amuseur public, Robbie Williams est un entertainer hors pair.

Le voir en live avec cette énergie explosive vaut le détour. Le chanteur a le sens inné du show. C’est son adrénaline et on espère sa nouvelle drogue. Entre confettis, fumigènes, feux d’artifice et une entrée de scène en rappel depuis le sommet du stade, l’artiste – narcissique, comme à son habitude – orchestre un show à son image. Une immense sculpture de son visage surplombe la scène (et fait office d’un original écran géant) tandis que trois autres plus petites – l’une laissant s’échapper des ballons vers les cieux, l’autre crachant du feu et la dernière esquissant… une tête de mort – déambulent au cœur de l’arène telles des têtes mobiles de lui en grandeur plus que nature.

Bref, Robbie ne se prend pas la tête. Et se moque surtout de lui-même en montrant une vidéo de ses chutes sur scène ou transformant sa sculpture en singe au moment de son Me and My Monkey.

Le clown anglais a le chic pour en mettre plein les yeux et les oreilles. Avec ses tubes à la pelle, de ses récents morceaux Be a Boy et Candy en passant par Come Undone, She’s The On, Rock DJ ou encore Millenium et Angels, il y en avait pour tous les goûts. Un showman qui aura aussi emmené sur scène, au sens propre comme au figuré, une jeune groupie dans son lit. Du Robbie tout craché.

Pierre-Yves Paque

en savoir plus Le Take The Crown Tour de Robbie Williams passera par le stade Roi Baudouin le 3 août prochain. Les tickets (de 65 à 99 euros) sont en vente sur www.livenation.be ou www.tickenet.be.