Le nouveau club de l’entité binchoise prend forme petit à petit

FOOTBALL BINCHE La semaine passée, nous vous annoncions la fusion de Bray (P2), Ressaix (P3) et de Leval (P1) pour former le futur grand club de Binche, qui fera ses premiers pas sur le terrain du Sporting dès la prochaine saison. Même si les protagonistes n’ont pas encore tranché pour ce qui est du nom et des couleurs de la nouvelle entité, l’organigramme prend petit à petit forme : la présidence irait à Leval, la vice-présidence à Bray. Une sorte de logique vu le classement des clubs respectifs.

Mais, un temps approchés par cette fusion, trois autres clubs (NdlR : Binche, Buvrinnes, Péronnes) ne sont pas de l’aventure. Pourtant, ce n’est pas l’envie de voir le football grandir à Binche qui leur manque. “Ce qui est étonnant, c’est qu’à l’époque de la première réunion, Bray était la partie la plus virulente contre ce rapprochement, puisqu’au départ, on ne parlait pas de fusion. Mais depuis, le comité menaçait de quitter le club”, se souvient Rudy Maudoux, le président de l’Union binchoise, qui domine la série C de la 3e provinciale. “On n’avait pas forcément refusé mais j’avais l’impression que le mot fusion n’était qu’une illusion. Je me voyais mal venir dire à mes joueurs et leur entourage qu’ils devraient porter d’autres couleurs et jouer sous un autre nom. D’ailleurs pour moi, ce n’est pas une fusion. Mais je leur souhaite tout le succès possible, restons fair-play.”

Il est vrai qu’en montant en P2 dès la saison prochaine, Binche a aussi d’autres ambitions.“On n’a malheureusement qu’un seul terrain, ce qui nous désavantage fortement pour les jeunes. Avec Buvrinnes et Péronnes, on va collaborer pour y gagner tous les trois au niveau de la formation. L’année prochaine, on ne voudrait pas faire l’ascenseur. On va mettre sur pied un bon projet.”

L’ambition ne manque donc pas dans la Cité du Gilles.

N. Dum