La collégiale chère aux Aclots ouvre ses portes ce dimanche après-midi

PATRIMOINENIVELLES On la voit de loin quand on se promène dans la campagne qui entoure Nivelles, sa silhouette domine le centre-ville qui vit au rythme de son carillon, et sa façade fait la fierté des Aclots.

Mais connaissez-vous vraiment la collégiale Sainte-Gertrude ? C’est que l’édifice, consacré en 1046 par l’évêque de Liège en présence de l’empereur Henri III de Germanie, est plein de surprises voire de secrets.

Qui connaît, par exemple, sa jolie crypte ? Ou encore le sous-sol ? Pas de cave à vin de messe à découvrir sous l’édifice, mais des vestiges archéologiques où l’on devine, grâce à certains murs, les contours et l’agencement, l’église qui était construite auparavant à cet endroit, avant l’incendie qui l’a ravagée en l’an 1000.

Ces portes ouvertes constitueront aussi l’occasion, pour les amoureux du patrimoine, de réviser leurs classiques en compagnie des guides de l’office du tourisme : pourquoi dit-on que la collégiale est de style roman ottonien, comment se fait-il qu’il s’agisse d’une des plus grandes églises romanes au monde (102 mètres de long pour la nef centrale), quelles sont les caractéristiques de son plan bicéphale, combien y a-t-il de stalles dans la chapelle… ?

Et si dans les sous-sols, il y a des endroits que l’on visite très rarement, il en va de même aux étages. En effet, même ceux qui fréquentent régulièrement Sainte-Gertrude accèdent peu souvent à la (très) belle salle impériale.

Et quelques volées de marches plus haut, à proximité de Jean de Nivelles, on pourra aussi accéder au carillon. Les carillonneurs seront d’ailleurs présents, dimanche après-midi, pour expliquer le fonctionnement de cet impressionnant instrument, comportant 49 cloches. Toutes ces visites, dimanche de 14 h à 18 h, seront proposées gratuitement.

V. F.