Les enquêteurs révèlent plus de 9.000 consultations de sites pervers en un an

ASSISES BRUXELLES Mais où vont s’arrêter les révélations sur cet exorcisme mortel pour Latifa Hachmi, en août 2004 ?

Après les interrogatoires serrés des sorciers, voici une nouvelle volée d’accusations délivrées par les policiers qui ont mené l’enquête sur ce dossier diabolique.

Le commissaire Luc Ide a en effet indiqué vendredi, à la barre des témoins, que les ordinateurs du centre La Plume présidé par Xavier Meert, alias Abou Ayoub Salim, et dont le grand inspirateur était Abdelkrim Aznagui, dit Cheikh Abou Chayma, ont fait apparaître plus de 9.000 consultations de sites pédopornographiques ou simplement pornographiques mais “très hard” selon l’officier de police judiciaire.

En moyenne , quelque 25 clics par jour… Les six accusés du procès étaient intimement liés à La Plume où un enseignement réactionnaire de la religion musulmane était dispensé aux fidèles.

L’une des accusées a elle-même été soumise à des traitements exorcistes quand elle était tentée de quitter son mari. Elle en aurait été guérie et est devenue elle-même une aide soignante pour assister le mage Aznagui dans ses incantations contre le démon. Elle a déclaré qu’elle n’arrivait à délivrer son message qu’en entrant elle-même en transe pour “chasser Satan”.

Ensuite, elle introduisait ses doigts dans la gorge du malade pour lui faire “cracher le diable” par des vomissements.

C’est à La Plume qu’elle a rencontré Aznagui et Meert qui l’ont ensuite enrôlée.

Mais, selon le commissaire Ide, les images sado-maso consultées par les PC de l’association et par celui d’Aznagui, en personne, étaient effrayantes : des femmes attachées à des chaises pour être violées et des supplices sexuels sur des enfants.

Aznagui a dû se lever dans son box pour s’expliquer. Mais il dit être étranger à ces consultations. Il n’est pas au courant. D’ailleurs, il n’achetait que des ordis d’occasion… Meert en a entendu parler mais il n’en sait pas plus.

Objectif, le commissaire Ide a reconnu qu’il n’était pas impossible que les PC aient parfois échappé à la vigilance des leaders de La Plume. Mais, une fois de plus, qui faisait quoi dans cette équipe ?

Jean-Pierre De Staercke