Ils ont obtenu un délai supplémentaire de trois semaines pour trouver un autre logement

LIÈGE Le 1er juin, les 60 locataires de la Chartreuse apprenaient qu'ils devaient vider les lieux et ce, avant le 31 juillet. Willy Demeyer, le bourgmestre de Liège, avait signé un arrêté d'inhabilité compte tenu de l'insalubrité du site. Une dizaine de personnes était toujours dans l'impossibilité de se reloger la veille de la date fatidique.

Les habitants ont donc demandé à la ville un délai supplémentaire pour quitter les lieux. "Même si beaucoup ont retrouvé un endroit où aller, ce n'est pas en deux mois que l'on règle tous les papiers", expliquaient les locataires. "Nous souhaitons donc avoir un peu plus de temps pour nous organiser et retomber sur nos pieds. Cela fait des mois que l'on demande à ce que le bâtiment soit rénové. À part des paroles et quelques coups de pinceau, on n'a rien vu venir."

Ce lundi, une procédure de conciliation avec la ville a débouché sur un premier accord. En effet, les locataires devront quitter les lieux le 21 août prochain. Ils obtiennent donc un sursis de trois semaines. L'audience en référé qui devait se tenir ce mardi matin a été reportée à cette même date. L'avocate des locataires souhaite une prolongation de plusieurs mois afin que tout le monde puisse quitter les lieux de manière correcte.

Après une petite manifestation devant le tribunal de 1re instance, une délégation s'est rendue à l'hôtel de ville afin d'y rencontrer Michel Firket, le bourgmestre faisant fonction en l'absence de Willy Demeyer. Ce dernier leur a expliqué qu'une cellule de crise devrait permettre à ceux qui n'ont pas encore trouvé de solution de se loger dans les trois semaines.

Du côté des locataires, on a apprécié ces paroles. "Même si ce n'est qu'un début, nous sentons que nous sommes un peu plus écoutés", ont-ils précisé.

Seb.