Toujours placé, le fils de l’ancien pro,attend sa première grande victoire

FLÈCHE ARDENNAISEHERVE Ce sera jour de fête, ce dimanche, à Herve, pour la 48e édition de la Flèche Ardennaise, cette classique de référence désormais ouverte aux coureurs pros d’équipes continentales, puisque cette épreuve dispose d’un statut UCI 1.2. Il y aura donc une équipe de Crélan-Euphony très motivée au départ, mais aussi les meilleures formations de jeunes du pays, ainsi que quelques armadas étrangères de référence, comme les Rabobank ou les BMC Development Team dirigés par Rik Verbrugghe, avec notamment dans ses rangs l’espoir liégeois Loïc Vliegen.

De futurs pros s’y mettent chaque année en évidence (les Sébastien Delfosse, Gil Suray ou Thomas Degand l’ont remportée avant de faire le bond au sein de l’élite du cyclisme, tandis que des Voeckler, Le Bon ou Bakelants ont aussi inscrit leur nom au palmarès de la course liégeoise) et cela devrait à nouveau être le cas, ce dimanche, dans cette manche qui fait partie de la Top Compétition, challenge qui rassemble les classiques de ce niveau en Belgique et dans lequel Tom Dernies occupe le deuxième rang au général.

Le fils de l’ancien pro Michel, membre de l’équipe Wallonie-Bruxelles (où il est dirigé par son père !), est en forme et réalise une solide saison : 3e de Deinze-Ypres, 4e de la Beverbeek Classic, 5e d’une étape du Rhône Alpes Isères Tour, mais aussi 6e du GP de la Ville de Nogent-sur-Oise ou du Mémorial Van Coningsloo, autant d’épreuves de classe 2. “C’est vrai, je suis souvent placé, il me manque juste une grande victoire, explique-t-il. Je suis bien présent, mais il me faudrait un petit coup de chance pour enfin décrocher un beau succès.”

S’il a souvent marché sur des Flandriennes jusqu’à présent, Tom Dernies, coureur polyvalent, apprécie aussi les Ardennaises. “J’aime beaucoup les côtes belges et j’espère d’ailleurs que la course sera dure, dimanche, afin d’éliminer le plus de coureurs rapides, termine-t-il. C’est un rendez-vous qui me convient bien, même si cette course n’est pas facile à contrôler. Le bon coup peut partir rapidement, comme tout peut se jouer sur les circuits locaux. Il faut y être constamment attentif.”

L’épreuve comprend neuf côtes répertoriées (dont celles de Wanne, du Rosier, de la Vecquée, du Maquisard, du Mont-Theux ou de Lambermont), avec un circuit local exigeant.

Départ dimanche à Herve à 12h30, les deux circuits locaux vers 16h30, arrivée prévue à Herve vers 17h.

J. Gil.