par frédéric seront

COMMENTAIRE Lors du décès d’une personnalité, il est de bon ton de n’en retenir que le positif. On ne versera pas pour autant dans le panégyrique. Hors de question ici de tresser des lauriers qui seraient trop lourds à porter pour Delarue. Il était un homme complexe, pétri d’excès. Mais, qu’on l’aimait ou non, il aura marqué de son empreinte la télé française de ces 20 dernières années. Il était un surdoué qui sentait les tendances avant les autres. Avec Ça se discute, il a dépoussiéré le bon vieux débat de société de papa, reléguant les Dossiers de l’écran aux oubliettes. Bien sûr, il y avait un côté voyeur dans ses émissions où des quidams venaient s’épancher sur leurs problèmes de couples ou leurs perversions sexuelles. Delarue faisait aussi parfois son show au détriment de ses invités. Un psy belge gagnera d’ailleurs son procès contre l’animateur qui s’était moqué de lui !

Reste que peu d’hommes de télé ont réussi à faire preuve d’autant de compassion (feinte ou réelle) avec des invités pour les confesser. Et puis, il y avait son style, sa façon nerveuse de parler. Et sa légendaire oreillette, véritable marque de fabrique. Une façon de se distinguer des autres animateurs. Un trait de génie. Et ça, ça ne se discute pas…