Un motard a ouvert le feu à hauteur du véhicule garé aux abords des Étangs d’Ixelles

AGRESSIONIXELLES Mardi, à 20 h 30, la police de Bruxelles-Capitale/Ixelles a verrouillé le quartier de la place Flagey. Quelques instants plus tôt, de multiples tirs aux abords des Étangs d’Ixelles avaient été entendus par des riverains et des passants.

“Le véhicule était stationné près des Étangs d’Ixelles lorsqu’un motard est arrivé à hauteur des occupants et a ouvert le feu à de multiples reprises”, confirme Anja Bijnens, porte-parole du parquet de Bruxelles.

L’homme était vraisemblablement au volant tandis que sa copine était installée sur le siège passager lorsque le motard est arrivé.

L’agresseur a visiblement arrêté sa moto avant de sortir un pistolet de sa poche. Il tire trois fois en tout : une fois sur la fille, et deux fois sur l’homme.

Une balle touche la femme au niveau de la hanche tandis que son copain est blessé au genou et plus gravement par la troisième balle, arrêtée au niveau du tibia.

Le tireur a ensuite pris la fuite à moto et n’a pas, à l’heure de boucler ces lignes, été intercepté par les autorités.

Les deux victimes, âgées de 30 ans environ, ont été transportées à l’hôpital d’Ixelles, où le jeune homme a été opéré au tibia.

Cependant, “leurs jours n’ont jamais été en danger”, précise Anja Bijnens. Heureusement, les deux autres blessures sont superficielles et aucune opération chirurgicale n’a été nécessaire.

L’hypothèse d’un tireur fou est pour l’instant exclue. Il pourrait s’agir, d’après nos informations, de représailles qui visaient le conducteur en particulier. Voire d’un message, ou d’un avertissement. Une situation typiquement rencontrée dans les affaires de banditisme.

Pour y voir plus clair, un dossier judiciaire a été ouvert, et un juge d’instruction est chargé de l’enquête. “L’instruction est en cours afin d’identifier l’auteur”, se limite à ajouter la porte-parole du parquet.

Raphaël Cayrol