Il porte le nom du lieutenant-colonel Yves Bodart de la 4e escadrille

BEAUVECHAIN Une pièce quasi unique vient d'intégrer le Golden Falcon, le centre historique du 1er Wing de la base aérienne de Beauvechain. Un Meteor 8 a en effet été inauguré dimanche matin à la base. Il porte le nom d'Yves Bodart, lieutenant-colonel à la tête de la 4e escadrille dans les années 50.

`Ce Meteor est surtout dédié à un grand nom de la 4 e Escadrille que nous sommes heureux de mettre à l'honneur, insiste le général aviateur Guy Van Eeckhoudt, également président du Golden Falcon. Yves Bodart était une figure emblématique. Il avait une personnalité hors du commun. On se rappelle surtout des démonstrations en vol époustouflantes. C'était un spectacle renversant qui témoigne de la maîtrise parfaite du pilotage. Mort tragiquement, Yves Bodart nous laisse des souvenirs mémorables.´

Une carrière exemplaire

Yves Bodart a, en effet, disparu le 26 juillet 1962 en Corse alors qu'il était en service aérien pour effectuer une campagne de tir au large de l'île Rousse. Ce père de trois enfants n'avait alors que 38 ans. Une disparition qui serait due à une défectuosité de l'avion.

Né en 1924 à Louvain, Yves Bodart devient élève pilote de la section belge de la Royale Air Force en 1944. En 1946, il obtient ses ailes et, un an plus tard, il rejoint le 160e Wing de chasse de Beauvechain. En 1950, il assumera les fonctions de Flight Commander auprès de la 4e Escadrille, pour ensuite y devenir commandant et enfin major aviateur. Il est aussi un des premiers pilotes belges à franchir le mur du son lors de l'un de ses vols effectué à Dunsfold en 1953.

Une carrière exemplaire qui justifie donc à elle seule cet hommage. L'inauguration du Meteor 8 a été inauguré en présence d'anciens membres de la 4e Escadrille, ainsi que de la famille d'Yves Bodart.

`Nous sommes tous très touchés par cet hommage, confie Anne Bodart, veuve du pilote belge. C'est très émouvant de voir combien on remercie le courage et l'investissement de quelqu'un qui s'est consacré autant à la force aérienne.´

Le Meteor 8 trône aujourd'hui au centre du Carré de Waersegger. Récupéré en très mauvais état, il a fallu plus de 2 ans aux bénévoles de la base et à des amateurs civils pour lui rendre une seconde jeunesse.

© La Dernière Heure 2002