Cinq ans de prison ferme pour le chef d’un réseau de prostitution

TRIBUNAL BRUXELLES Rarement une enquête judiciaire aura permis de démonter autant d’activités criminelles relatives à un proxénète actif dans six pays européens. Au départ, c’est la plainte déposée en Bulgarie par les parents d’une jeune femme tout juste majeure qui va alerter les autorités belges.

Dès janvier 2009, les plaignants suspectaient Plamen Radkov Penkov, 28 ans, d’avoir emmené leur enfant à Bruxelles. L’enquête débutera assez vite dans les quartiers chauds de notre capitale.

Une prostituée bien connue de leur service dira avoir rencontré Penkov en Allemagne, en 2006, à l’occasion du Mondial. Selon elle, de très nombreuses jeunes femmes, sous la coupe de ce clan constitué avec un autre proxénète, Veselin Petrov, avaient été invitées par celui-ci à assister à l’événement sportif.

Pour l’occasion, elles seraient venues de différents pays européens. Une autre hôtesse de bar à Bruxelles déclarera que Penkov faisait effectivement travailler en vitrine la jeune femme bulgare signalée à rechercher, ainsi que sa propre épouse.

En fait, l’adolescente était tombée amoureuse de Penkov en Bulgarie et elle l’avait suivi à Bruxelles pour s’y prostituer. Il avait organisé le voyage, puis l’installation de la victime dans un logement où il avait ses habitudes. Mais, sans le moindre scrupule, l’intéressé avait, quelques mois plus tard, décidé de la revendre comme une marchandise… à un autre proxénète.

En juin 2010, le procès de Penkov s’est ouvert à Bruxelles, mais en l’absence de celui-ci. Les audiences ont fait apparaître qu’il exploitait la prostitution de jeunes femmes à Anvers mais aussi en Bulgarie, en Allemagne, en France, aux Pays-Bas et en Norvège. Il fut condamné à 6 ans. Voici quelques semaines, il a été extradé par la Bulgarie et sa peine a été ramenée par le tribunal à 5 ans de détention effective.

Jean-Pierre De Staercke