La revue se penche sur les grandes heures du noble art à Nivelles

NIVELLES Tout le monde sait que Nivelles est une ville de sport et de sportifs. Mais qui se rappelle des champions de boxe anglaise qui, à une certaine époque, ont fait trembler le public aclot au bord des rings? Oubli réparé: un numéro spécial du Rif Tout Dju est consacré au Boxing Club Nivellois, fondé en 1932 et aujourd'hui disparu, ainsi qu'à ceux qui ont fait sa gloire à force de crochets usants, de directs percutants et d'uppercuts à la pointe du menton.

Le travail de recherches des auteurs, et notamment de Georges Lecocq, le documentaliste du musée communal, remettra bien des émotions en mémoire aux anciens. Quant aux jeunots, comment pourraient-ils imaginer le nombre impressionnant de champions amateurs mais aussi professionnels qui étaient originaires de Nivelles ou s'entraînaient dans les locaux du Boxing Club? Les Pol Goffaux, Fred Bastin, Jules Robaeys, Richard Denis, Fernand Adant (dit l'Enclume!) et autres Zéphirin Gilain ont donné au club une sacré renommée.

En 55 pages, de nombreuses photos dont certaines prises en match permettent de restituer l'atmosphère de l'époque. Très intéressantes aussi, les reproductions des affiches annonçant les combats et détaillant les titres des protagonistes.

Ce numéro spécial du Rif Tout Dju est disponible dans les librairies de Nivelles, au prix de 4 €.

© La Dernière Heure 2004