GREZ-DOICEAU

Un propriétaire souhaite que le chemin n°21 ne soit plus public

MOBILITÉ Une âpre lutte s’engage à Grez-Doiceau. L’association Trop de Bruit en Brabant wallon refuse de voir le chemin n°21 disparaître par prescription extinctive.

“À lui seul, il constitue un patrimoine naturel à part entière”, explique Denis Marion. “Qu’il traverse la forêt et y favorise la pénétration de la lumière, permettant le développement d’espèces particulières, qu’il longe les champs et les prés avec son cortège de plantes herbacées ou qu’il serpente à travers les campagnes et les villages, qu’il soit bordé de haies ou non, un réseau de chemins et sentiers protégé et bien entretenu augmente la biodiversité et enrichit le paysage.”

Par son existence, il permet de découvrir des points de vue sur des patrimoines tant naturels que bâtis, favorisant en cela l’essor des activités touristiques ainsi que les loisirs de proximité. “N’oublions pas que dans les communes rurales comme la nôtre, les possibilités de promenades forment l’essentiel de l’attrait pour les visites.”

Par ailleurs, un tel réseau s’intégrerait parfaitement dans une politique de mobilité douce. “Il est donc souhaitable que soit préservé, protégé et restauré cet espace de vie, fragile, unique tant pour le bien de la nature que des citoyens. Permettre aux citoyens d’utiliser ces voies lentes pédestres est aussi le meilleur moyen de les sensibiliser au respect de la nature !”

L’association relève des failles dans le dossier et invite les personnes qui ont circulé à cet endroit de se manifester avant la fin de l’enquête publique, le 11 octobre.

Autre interrogation, certains échos font état d’une proposition communale, en début de législature, pour rendre le chemin privé contre la prise en charge par le propriétaire du terrain d’une piste cyclable entre Guertechin et Hame-Mille le long de la N 25. Le maïeur, Alain Clabots, s’en défend !

Saul