Avec ce Cheval de guerre trop classique, le réalisateur ne révolutionne pas le genre comme il l’avait fait avec Le soldat Ryan

RÉSUMÉ. L’étonnante histoire d’amitié entre Albert, un adolescent, fils d’une famille de pauvres fermiers, et son cheval Joey. Vendu à la cavalerie britannique dans les premières heures de la Première Guerre mondiale, Joey est directement envoyé au front. Mais il est capturé par les Allemands qui n’hésitent pas à s’en servir dans les combats…

((;;;

AVIS. Après nous avoir déjà plongés à plusieurs reprises au cœur de l’enfer de la Seconde Guerre mondiale, notamment avec La liste de Schindler et Il faut sauver le soldat Ryan, Spielberg s’intéresse ici pour la première fois à la guerre 14-18, mais par un biais totalement différent. Et c’est sans doute là que le bât blesse ! Le cinéaste se retrouve à… cheval entre deux genres. La première heure du film est ainsi digne d’un épisode de La petite maison dans la prairie, avec cette famille de fermiers qui tente de survivre et qui doit vendre son cheval afin de payer ses dettes.

La deuxième moitié, qui suit le parcours du cheval durant le conflit, est, elle, nettement plus captivante, en montrant la façon dont les chevaux étaient utilisés lors des combats, servant tout autant de chair à canon que les soldats qui les montaient. Mais ici aussi, le cinéaste alterne le bon et le moins bon, commettant l’erreur de faire parler tous ses personnages en anglais, en ajoutant simplement un accent caricatural pour qu’on comprenne qu’il s’agit de Français ou d’Allemands.

Bien sûr, il y a les scènes de bataille. Spielberg n’a pas son pareil pour nous plonger au cœur de l’action. Mais même là, sa mise en scène se révèle trop classique, très loin des audaces du Soldat Ryan qui avait révolutionné le genre en redéfinissant à jamais la façon de filmer les combats. Il édulcore même la violence, évitant toute effusion de sang afin que le film ne soit pas enfants non admis.

Est-ce dire que Le cheval de guerre est un mauvais film ? Non, car même les œuvres mineures de Spielberg comportent toujours leur lot de scènes dont seul le cinéaste a le secret. Notamment cette séquence incroyable où le cheval se trouve pris au piège de barbelés et qu’un soldat allemand et un soldat français s’unissent pour le libérer. Un plan qui résume à lui seul toute l’absurdité de la guerre. Dommage simplement que ces moments de fulgurance ne soient pas plus nombreux…

F. S.

Le cheval de guerre

Film de guerre

Réalisé par Steven Spielberg

Avec Jeremy Irvine, Emily Watson, David Thewlis

Durée 2h30

Une œuvre un peu trop… à cheval entre le film familial et le film de guerre. Disney