On the road. Walter Salles n’est pas au bout du rouleau

ROAD MOVIE ON THE ROAD RÉSUMÉ. Le lendemain du décès de son papa, dans l’immédiate après-guerre, Sal fait à New York une rencontre qui change le cours de sa vie : celle de Dean Moriarty, un séducteur de Denver, fou de jazz, de l’insouciante Marylou et de la respectable Camille. Liberté, ce mot résume autant sa vie que sa sexualité. L’existence, il la croque à pleines dents, sans se soucier du lendemain. Avec ou sans ses amis, Sal va traverser plusieurs fois les USA d’est en ouest et d’ouest en est, pour découvrir aussi ce goût de liberté.

((((;

NOTRE AVIS. En 1957, sur un rouleau de papier de 36 mètres de long (exposé pour l’instant à Par is, il est estimé à plus de 2 millions d’euros), Jack Kerouac décrit à la première personne, d’un seul trait, ses pérégrinations en compagnie de joyeux fêtards à l’esprit incroyablement ouvert. Le premier éditeur en remplacera tous les noms et Walter Salles a gardé les faux patronymes pour garder le côté fictif de l’œuvre, Kerouac lui-même n’ayant pas hésité à s’écarter parfois grandement de la réa lité.

Ce roman est considéré comme un des plus représentatifs de la beat generation, celte jeunesse anticonventionnelle des années 50, éprise de jazz, de surréalisme, d’expériences authentiques, de drogue et de sexe en dehors des liens sacrés du mariage.

Francis Ford Coppola voulait adapter ce roman en 1979. Trente-trois ans plus tard, le Brésilien Walter Salles l’a réussi. Avec l’aide de jeunes acteurs épatants, il fait souffler un vent de bonne humeur, de douce folie propre à l’adolescence. Vitesse, vol à la tire, expériences sexuelles (Kristen Stewart, plusieurs fois nue, casse vraiment son image), insouciance, bonheur de vivre, tout ça renvoie brillamment à l’adolescence. Et, plus généralement, à ce désir qui nous pousse tous à toujours vouloir aller plus loin, ailleurs, que ce soit géographiquement ou, plus souvent, sur le plan de l’évolution personnelle.

Divertissante, drôle, émouvante, parfois triste, cette œuvre amène subtilement à se poser des questions sur nos propres choix, nos audaces, les libertés qu’on a (ou pas) osé prendre. Et ça fait un bien fou. Un de nos rares coups de cœur du Festival de Cannes.

P. L.

Interview Retrouvez l’interview de Kristen Stewart dans le Télé DH de ce samedi

On the road (Sur la route)

Road movie psychologique

Réalisé par Walter Salles

Avec Kristen Stewart, Kirsten Dunst, Viggo Mortensen, Garrett Hedlund, Sam Riley

Durée 2h17

Kristen Stewart.