Sportifs et people se sont donnés au maximum au profit de l’eau

À l’occasion de la 6e édition de l’Odyssée du flocon à la vague, une vingtaine de sportifs de haut niveau et quelques people se sont rassemblés à Biarritz pour combattre l’eau sous ses diverses formes.

Le but : sensibiliser les enfants à l’importance de l’eau et rappeler qu’une grande partie de la population mondiale n’a pas l’eau potable. Pendant quatre jours, Mathieu Crepel, champion du monde de snowboard, Vincent Gauthier, triple médaillé olympique handiski mais aussi Christophe Willem et Jean-Pascal Lacoste ont dépassé leurs limites.

Premières épreuves exténuantes Dès le départ du chrono, le ton était donné. Pour ces sportifs de haut niveau, la compétition, c’est leur dada. “Même si cela est très familial, ils restent des compétiteurs dans l’âme. Quand un chrono démarre, leur rage de vaincre est bien présente” avoue Bernard Crepel, président de l’association. Dans le Cirque de Garvanie à un peu plus de 1.000m d’altitude, sous la pluie, les binômes ont couru à travers la montagne afin d’arriver les premiers au point culminant. “Cela a été l’épreuve la plus éprouvante, avoue Mathieu Crepel. Tu es surexcité d’y participer ! Dès que tu rentres dans la compétition, tu te donnes à fond. Mais courir sous la pluie, dans la montagne, c’était quand même très dur.” Un premier jour difficile donc… même si au départ, ce n’était pas l’épreuve qu’ils redoutaient tous… loin de là !

un Saut de 90 mètres Depuis le début, ils en parlaient avec crainte… et personne ne savait vraiment s’ils oseraient foncer ! Le 2e jour, le moment était venu de savoir qui allait faire ce saut à l’élastique d’un pont haut de 90 mètres. Et à la grande surprise de tous, Christophe Willem, chanteur mais totalement pas sportif, a ouvert le bal ! “S’il y avait bien une épreuve qui était faite pour moi, c’était celle-là, explique le chanteur en souriant. Il ne faut pas de muscle, il suffit de se lancer dans le vide.” Un courage qui a poussé plus d’un sportif à franchir le pas.

Une association avant tout Au-delà de la compétition, c’est la sensibilisation qui a primé tout au long de ces quatre jours. En plus des épreuves sportives, les athlètes de haut niveau ont rencontré des centaines d’enfants pour les mobiliser à l’importance de l’eau. “Le classement final est symbolique, reconnaît Mathieu Crepel. La vraie réussite, c’est le regard des enfants qu’on a croisé. J’ai déjà participé à d’autres éditions, et chaque année, on les sent de plus en plus investis, intéressés, avec de vrais engagements.”

Une compétition pas comme les autres donc où fou-rire, motivation, solidarité et entraide auront été les maitres-mots. Vincent Gauthier garde d’ailleurs un très bon souvenir de sa première participation. “J’aime ces initiatives où on rassemble des sportifs de différentes disciplines. On découvre d’autres sports et on fait de nouvelles rencontres. Je suis heureux d’y avoir participé parce que cela a été une expérience humaine avant tout. Ce n’était pas comme une vraie compétition. Il y a eu une solidarité énorme entre tous les participants. Mais j’avoue que je suis déçu de n’être arrivé que deuxième. Je reviendrai l’année prochaine, et je serai premier” sourit-il.