NAMUR

Un vaste projet de reconstruction

ENSEIGNEMENT Dans l’ensemble, les écoles communales namuroises sont en bon état et font d’ailleurs l’objet d’un entretien régulier. Ceci dit, il subsiste encore l’une ou l’autre situation plus préoccupante, comme par exemple à l’école de Wartet (Marche-les-Dames), une école de village victime de son succès.

Pour résoudre les problèmes urgents de sécurité, d’hygiène ou de dégradation et de vétusté, la Communauté française a lancé un vaste programme prioritaire de travaux (PPT), subsidiés à concurrence de 88 %. Nourrissant l’idée de reconstruire les anciennes écoles de Wartet, la ville de Namur a introduit un dossier en juin 2009 à la Communauté française.

“Le projet d’extension de l’école de Wartet vise à remplacer les modules préfabriqués qui accueillent, depuis quelques années déjà, deux classes primaires, à rendre de l’espace à l’école maternelle, dont l’accessibilité d’une classe située dans le bâtiment rue Rangnet est fort problématique en termes de normes incendie. Il s’agit en outre de créer un réfectoire, dont l’école manque cruellement, ainsi qu’un local de psychomotricité. Après treize années de situation provisoire, ce projet voit enfin une issue !”, a présenté l’échevin des Bâtiments, Tanguy Auspert.

L’option prise par la ville est de réhabiliter le site des anciennes écoles. Au même endroit, un nouveau bâtiment sera érigé afin d’accueillir l’ensemble des classes primaires et les équipements collectifs. Coût : 1,4 million d’euros TVAC, dont 650.000 € seront pris en charge par la Communauté française et le solde par la ville de Namur. Le dossier sera présenté au prochain conseil communal.

A.-F. So.