Australie 1 3 Belgique Succès historique d’un groupequi a très faim

MESSIEURSROTTERDAM Pendant de longues minutes, les Red Lions ont communié avec leurs plus fidèles supporters. L’arbitre vient de siffler la fin d’une rencontre de haut vol entre l’Australie et la Belgique. Pour la première fois de son histoire, les Red Lions ont battu les Australiens en match officiel. Et de quelle manière ! Nos compatriotes ont démontré pendant 70 minutes qu’ils avaient mûri en huit mois sous les ordres de Marc Lammers. S’appuyant sur un gardien de classe mondiale, une défense unie et une attaque à l’allemande, les Lions ont gommé leurs complexes face aux meilleures nations. Le “on aurait mérité un partage ou une victoire” a laissé place à un “on mérite ces trois points”.

De fait, ce vendredi, les Reds ont frappé un grand coup. Même si tout le collectif s’est battu comme un beau diable, Vincent Vanasch sort du lot. Sollicité à de très nombreuses reprises, il a maintenu à flot le navire. “Je ne pouvais pas espérer une meilleure entame de tournoi, confiait-il. Je n’ai pas pu compter le nombre de balles. Maintenant, il ne faut pas tomber dans l’euphorie. Nous avons tous sorti une grosse prestation au bon moment. Le tournoi ne fait que débuter.”

Le portier du Wadu a assisté aux premières loges aux assauts australiens. Le but rapide de Dockier n’est pas étranger à ce scénario. “Nous reculons fort logiquement, concède-t-il. Trop ? Peut-être, on verra les images du match. Demain, on repart à zéro. Nous voulons tout gagner.”

Même son de cloche du côté d’Elliot Van Strydonck. L’ancien défenseur du Léo n’a pas vécu une partie tranquille. Sa ligne a sans cesse été pilonnée. “Nous étions un peu confus avant la pause. Puis, nous avons rectifié le tir. Depuis nos trois succès contre l’Angleterre en amical, un déclic s’est produit au sein de l’équipe.”

De l’autre côté du terrain, les attaquants ne se sont pas amusés, mais les trois points évacuent les frustrations. “Nous avons touché peu de balles, souligne Jay Dekeyser. Remplir un rôle défensif n’est jamais gai, mais nous avons bossé.”

Le capitaine Tchouk Truyens prévient de tout excès de confiance tout en savourant ce succès historique. “D’habitude, nous sommes bons quand nous sommes menés au score. Ici, nous avons vécu un scénario inverse”, analyse celui qui reconnaît que son hockey n’est qu’à 90 %. “Demain (lisez : aujourd’hui), nous devons prendre les trois points contre la France. La clé ? Éviter que les Français n’enveniment la partie.”

Th. V.

Australie : Clemons, Orchard, Ciriello, Knowles, Ford, Gohdes, Swann, Simpson, Govers, Brown, Kavanagh, Puis Dwyer, Deavin, Ockenden, Hammond, Mitton, Charter.

Belgique : Vanasch, Van Doren, Dekeyser, Dohmen, Dockier, Stockbroekx, Denayer, Gougnard, Luypaert, Boon, Van Strydonck, Puis Cosyns, Truyens, Briels, Van Aubel, Reckinger, Charlier.

Arbitres : S. Taylor (N-Z) et F. Gomez (Arg).

Cartes vertes : 34e Swann, 64e Gohdes.

Carte jaune : 67e Stockbroekx.

Les buts : 1re Dockier (0-1), 17e Charlier (0-2), 63e Ford (1-2), 65e Dohmen (1-3).