Pétitions-Patrimoine, en voie de conclure un accord avec le propriétaire, pourrait annuler son recours

WOLUWE-SAINT-PIERRE L'asbl de défense du patrimoine bruxellois, Pétitions-Patrimoine, s'apprête à signer cette semaine une convention avec le promoteur Odebrecht, propriétaire du 120 de l'avenue de Tervueren à Woluwe-Saint-Pierre. Assurée d'obtenir gain de cause après que le bien classé ait été démoli, l'association se dit néanmoins prête à annuler le recours qu'elle a introduit auprès du Conseil d'Etat moyennant des garanties du promoteur. Celles notamment qui visent à reconstruire la façade et le dépôt d'une garantie de 750.000 euros par Odebrecht.

C'est en mai 1993 que le 120 périt sous les assauts des bulldozers. Pourtant, le bâtiment (1906) était un bien classé. Il est signé Paul Hamesse, architecte Art nouveau, à qui l'on doit entre autres le Palace (boulevard Anspach) et le café l' Ultieme Hallucinatie (rue Royale). Dix ans donc qu'Odebrecht et Pétitions-Patrimoine s'affrontent. Cette dernière avait ainsi introduit en 2001 un recours contre le projet immobilier de 6.600 m2 (bureaux, logements et commerces) qui devait voir le jour entre les numéros 118 et 126.

Suite à l'accord, Odebrecht promet de reconstruire le 120 (du moins la façade, entreposée, et la toiture). «L'accord qui doit être finalisé prévoit de donner un délai d'un mois à Odebrecht avant qu'il ne présente, publiquement et en toute transparence, ses nouveaux plans , explique-t-on auprès de Pétitions-Patrimoine. Nous disons aussi qu'il faut préserver les 122 et 124, cette dernière étant la propriété de Fortis.»

Toujours selon l'asbl, les 118 (terrain vague) et 120 pourraient en premier lieu faire l'objet d'un projet immobilier. Avant le numéro 126 (terrain vague également).

Odebrecht souscrirait déjà à cette idée et parle du lancement du premier chantier en 2004 avec fin des travaux pour 2006.

© La Dernière Heure 2003