Le torchon brûle

entre les deux compagnies belges

BRUXELLES Rien ne va plus entre Virgin Express et Sabena. Les deux frères ennemis de l'aviation belge sont désormais adversaires au tribunal suite à la décision de Virgin Express d'y traîner Sabena.

Une décision dictée par la volonté de la compagnie nationale de ne plus honorer, à partir de fin octobre, les contrats qui la lient à Virgin, du moins dans tous leurs termes.

Petit rappel, c'est en 1996 que les deux compagnies se sont associées. Selon l'accord signé, Sabena achètera à Virgin Express 85 sièges par vol entre Bruxelles et Londres et 80 sièges sur Bruxelles-Barcelone et Bruxelles-Rome. Un accord revu à plusieurs reprises. Sabena a demandé et obtenu des réductions de fréquences et, surtout, un changement des conditions de confort. Sabena a ainsi obtenu un espace plus important entre les sièges et une réduction du prix payé à Virgin pour ses sièges (-3,1%) en échange d'un contingent de sièges plus important (96).

Mais la compagnie nationale veut désormais le beurre et l'argent du beurre. Elle a décidé de manière unilatérale de ne plus acheter que 80 et 85 sièges, comme auparavant. Mais sans modification du prix ni du confort, explique Virgin. Il n'est pas question que nous supportions les premiers effets de la restructuration de Sabena alors que nous sommes une compagnie tout à fait saine. Et la compagnie à bas tarifs d'évaluer le manque à gagner du projet Sabena à 15 millions d'euros. De quoi nous empêcher d'atteindre l'équilibre financier comme prévu cette année, conclut Virgin Express.

Saisi vendredi dernier, le juge des référés se prononcera dans quatre à cinq semaines. Soit bien plus vite que la procédure d'arbitrage prévue dans le contrat signé par les deux partenaires...