La situation financière de la commune n’est finalement pas si mauvaise

POLITIQUECELLES Le conseil communal de Celles a débuté avec la lettre de démission de Kathy Deconinck (CelDM – PS), lue par la bourgmestre Véronique Durenne (CelDM – MR).

“La maladie m’ayant rattrapée, c’est un autre combat que je dois mener. Il sera long et difficile. J’ai estimé qu’il était plus correct envers les élus et la population de laisser ma place”, écrit l’Escanaffloise Kathy Deconinck.

Sylvie Hempte a ensuite prêté serment. La conseillère communale CelDM – PS quitte ainsi le conseil de l’Action sociale. Elle y sera remplacée par Thomas Philippart (CelDM – PS).

Les élus ont ensuite approuvé un avenant pour des travaux de finition et de stabilité au chantier de la place de Molenbaix. La minorité IC a rappelé les anomalies du chantier, il n’y a d’ailleurs pas eu de PV de réception.

“Nous avons eu une réunion mardi avec les responsables du chantier et nous nous reverrons sur place. Ils vont essayer d’asphalter à nouveau là où c’est nécessaire. En outre, les panneaux de signalisation seront bien placés et les fleurs également”, indique Véronique Durenne.

Autre sujet : le compte 2012. il est en mali de 150.000 €, mais si les taxes communales 2012 avaient été enrôlées, il afficherait un boni de 190.000 €.

“Du coup, votre compte est faussé”, soupire Jean Delestrain (IC), qui dressera ensuite une liste des projets non réalisés à l’extraordinaire. “C’est le compte de l’immobilisme : beaucoup d’enthousiasme et peu de réalisations. Il faudrait des objectifs moindres, mais prioritaires.”

Le groupe IC et le groupe Celles Autrement ont regretté que le collège ait donné l’impression que le bateau coulait lors de la présentation du dernier budget alors que la situation financière n’est pas si mauvaise.

“Et puis, avec ce boni, c’est l’occasion de baisser les taxes, comme promis dans votre programme. Et s’il vous plaît, pas la dernière année de la législature”, lance Thierry Bauffe (IC).

L’échevin des Finances Yves Willaert (CelDM – PS) sourit. Et ajoute : “La situation est rassurante, en effet, mais il ne faut pas faire de folie, tant que la maison de repos n’est pas opérationnelle.”

Et ce projet,quand il sera finalisé, fera couler encore beaucoup d’encre.

Laurent Dupuis