Gabrielle, passionnée d'ésotérisme a ouvert une librairie à Godarville

GODARVILLE Le truc de Gabrielle Vandeloise, c'est la voyance. A 45 ans, cette citoyenne de Godarville (dans l'entité de Chapelle) a laissé tomber les emplois conventionnels, pour se lancer pleinement dans sa passion et, grâce à une couveuse d'entreprise, ouvrir une librairie ésotérique. La Kabbale a ouvert ses portes début juillet. Entre Gabrielle et le monde spirituel, c'est une longue histoire.

«J'ai commencé à avoir des prémonitions vers l'âge de 12 ans, confie-t-elle. En général, cela se passait dans les maisons où des personnes étaient décédées. Je m'y sentais mal à l'aise. Comme personne dans ma famille à l'époque ne s'intéressait à la chose, j'ai dû découvrir par moi-même pourquoi j'avais cette impression. J'ai appris à canaliser mes énergies et essayé de savoir. En fait, j'avais une sensation de présence. J'arrivais à dire l'endroit où la personne était décédée, depuis combien de temps, et cela, même si cela remontait à très loin. J'ai eu très peur»

A 17 ans, elle découvre un jeu de Tarot, Le Petit Lenorman et sans véritable connaissance du domaine, fait son entrée dans l'ésotérisme. «Une copine m'a demandé de lui lire les cartes, et j'ai commencé à dire des trucs qui se sont révélés exacts. Mais je n'avais pas très envie de le faire. Alors j'ai changé de voie. J'avais un autre parcours à faire.»

Gabrielle fait des études, travaille comme consultante dans une société d'intérim, assistante commerciale à domicile, sur un chantier de ferrailleur, devient vendeuse de caravane, etc. Dans le même temps, elle parfait ses connaissances dans le domaine spirituel. «Je lis tout. Et maintenant encore plus. Je trouve cela fascinant. Astrologie, voyance, prières, religions, Feng shui, rêves, médecines naturelles, magie noire. Mais pas pour la pratiquer, précise-t-elle. La magie blanche pour la contrer. Mon domaine, c'est la voyance. Accessoirement la transcommunication.»

Au moment de prendre cette photo. Impossible de faire la mise au point sur Gabrielle. Vérification faite, ce n'était qu'un mauvais contact au niveau de l'objectif mais quand même

© La Dernière Heure 2004