La deuxième vie de Mauresmo

Serge Fayat

Elle attribue ses succès

à Paris et Nice

à une nouvelle approche

BRUXELLES Amélie Mauresmo est sans doute la joueuse en forme du moment. La Française, 21 ans, a en tout cas été la première cette saison à imiter Justine Henin. Dix jours après avoir triomphé à l' Open Gaz de France de Paris, elle s'est adjugé dimanche dernier son deuxième titre consécutif en remportant le Terazura, première édition du tournoi de Nice. Classée tête de série numéro sept de l'épreuve, elle s'est facilement débarrassée de la Bulgare Magdalena Maleeva, 6-2 6-0 en à peine plus d'une heure, pour enlever le quatrième titre de sa carrière.

Cette victoire n'est en rien comparable avec celle décrochée à Paris, confia-t-elle, radieuse. La semaine dernière, c'était une sorte de coup d'éclat. Mon jeu était moins sûr, moins posé et c'est la raison pour laquelle j'ai pleuré à l'issue de la balle de match. Ici, je m'y attendais un peu plus, même si je ne savais pas vraiment comment j'allais être capable d'enchaîner. Cela dit, j'ai bien dominé mon sujet.

En jupe et plus en short

Quelque chose a changé depuis le début de cette année 2001 chez Amélie Mauresmo. Et ce n'est pas la jupe qu'elle porte désormais à la place de ce short qui la rendait encore plus masculine. Non, il s'agit plutôt d'une évolution nouvelle dans son approche du tennis. Poursuivie par les blessures la saison dernière, celle qui préféra longtemps le ski et le karting aux rigueurs de l'entraînement s'est aujourd'hui adjoint les services d'une nouvelle équipe. Alexia Dechaume-Balleret a remplacé Sophie Collardey comme coach et Jean-Claude Perrin est devenu le nouveau préparateur physique.

J'ai acquis une expérience et je peux m'appuyer sur le travail tennistique et physique réalisé cet hiver, explique-t-elle. En Australie, j'ai pu mettre des choses en place et j'ai ainsi gagné en confiance et en sérénité. Je vois mieux mon jeu, mes matches, la façon de les gérer. Depuis quelque temps, j'essaie de jouer de manière plus agressive, en avançant plus dans le terrain, et cela paye. On est sur le court comme on est dans la vie et actuellement, tout baigne. Avoir été capable de confirmer, ici à Nice, ma victoire décrochée à Paris est très satisfaisant.

Objectif Roland-Garros

Ce nouveau succès sur ses terres, à quelques kilomètres en fait de son nouveau domicile, lui a permis de gagner deux places au classement WTA paru lundi dernier, pour grimper au 12e rang. Sixième mondiale au début de l'année 2000, elle figure une nouvelle fois aux portes du cercle très fermé des dix meilleures joueuses mondiales. En attendant de poursuivre sa progression, elle a choisi de prendre une dizaine de jours de repos avant d'entamer une préparation spécifique sur terre battue, faisant du même coup l'impasse sur la tournée américaine sur ciment. Elle s'en ira bien aux Etats-Unis, mais pour disputer deux tournois sur terre battue verte, à Amelia Island et Charleston.

C'est que la Française a une petite idée derrière la tête. Après avoir vu sa compatriote Mary Pierce triompher l'an passé sur la terre battue de Roland-Garros, elle aimerait bien, elle aussi, brandir la Coupe Suzanne Lenglen au début du mois de juin prochain.

Il s'agit de son prochain objectif, même s'il y a d'autres étapes d'ici là, confirme son entraîneur, Alexia Dechaume-Balleret, tout heureuse de la nouvelle approche prise par sa protégée. Elle a progressé dans le contrôle de son tennis, de son mental et de son physique. Quand elle réunit ces trois paramètres, elle a tous les atouts en main pour arriver et rester parmi les cinq meilleures mondiales.

Ses adversaires sont prévenues

Les plus consultés

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be