L'adieu à Joséphine-

Eddy Przybylski

A ses funérailles, notre famille royale au grand complet, mais aussi notre Premier ministre et la présidente du Sénat

LUXEMBOURG Trois cents places ont été laissées aux admirateurs de la Grande-Duchesse Joséphine-Charlotte, à l'intérieur de la cathédrale de Luxembourg, samedi matin, pour les funérailles de cette princesse belge qui a assisté son époux, au pouvoir d'un Etat certes minuscule mais d'une importance économique extraordinaire, pendant trente-cinq ans. Les quatre cents autres chaises étaient strictement réservées à des invités de marque qui sont venus du monde entier.

Quinze maisons royales étaient représentées et treize familles régnantes. Les familles luxembourgeoises et belges au complet puisque Joséphine-Charlotte était, comme on le sait, la soeur de nos rois, Albert II et Baudouin. Il y avait aussi la reine des Pays-Bas, Beatrix; le roi de Suède, Carl XVI Gustaaf et son épouse, la reine Silvia; la reine de Norvège, Sonya; la reine d'Espagne, Sofia; le prince Albert de Monaco; le prince Andrew, de Grande-Bretagne; Anne-Marie, la soeur de la reine du Danemark, Margrethe II; Moulay Rachid, frère du roi du Maroc; le prince Akishino, cadet de l'empereur du Japon, et son épouse, et le prince El Hassan Bin Talal, de Jordanie. Présents aussi l'ex-roi de Grèce; le prince Kyrill, fils du dernier roi de Bulgarie et actuel Premier ministre de son pays; l'ex-impératrice d'Iran, Farah Diba. Ainsi que les représentants des plus illustres familles: Otto de Habsbourg, le Comte de Paris, la princesse Napoléon La plupart ont été invités à occuper leur place dès le matin, à l'intérieur de la cathédrale Notre-Dame. Seuls, les représentants des familles régnantes ont assisté à la levée du corps et ont suivi le cortège.

Cette levée du corps eut lieu à 11 heures précises, en la salle de la Balance, du Palais de Luxembourg.

Le cortège royal a ensuite pris la direction de la cathédrale.

Au premier rang, l'archevêque de Luxembourg, Mgr Fernand Franck, précédait les autorités ecclésiastiques. Un rang de policiers luxembourgeois devançait ensuite cent soldats, des volontaires venus représenter leur armée.

Juste devant le cercueil couvert d'un drapeau luxembourgeois marqué du blason national, marchait le porteur de décorations. Parmi ces décorations qui furent remises à la grande-duchesse Joséphine-Charlotte, le Grand Cordon de l'Ordre de Léopold que la Belgique lui accorda.

Derrière le cercueil, au premier rang, le Grand-Duc Henri de Luxembourg et Maria-Teresa, son épouse, le roi de Belgique, frère de la défunte, la reine Paola, et le prince Guillaume, héritier de la Couronne luxembourgeoise. Le roi Albert portait son grand uniforme de lieutenant-général de la Marine.

Au deuxième rang, les princes belges. Philippe, accompagné de Mathilde, avait son uniforme d'officier ceint du grand cordon de l'Ordre de la Couronne luxembourgeoise. Laurent et Claire précédaient la princesse Astrid et l'archiduc Karl Lorenz. Pour encore représenter la Belgique, notre premier ministre, Guy Verhofstadt, et la présidente de notre Sénat, Anne-Marie Lizin.

© La Dernière Heure 2005

Les plus consultés

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be