Amour et pacifisme

The lady. Aung San Suu Kyi méritait mieux que ça

RÉSUMÉ. De retour en Birmanie pour revoir sa maman, gravement malade, Aung San Suu Kyi décide de rester sur place pour lutter pacifiquement contre la dictature militaire et faire entendre la voix du peuple. Son immense popularité fait peur au pouvoir, qui l’astreint à ne plus quitter son domicile.

((;;;

NOTRE AVIS. Le principal mérite du film de Luc Besson consiste à remettre une nouvelle fois en lumière une femme d’exception, prix Nobel de la paix et grande gagnante des élections birmanes de 1990 dont les résultats ont été annulés par la junte. Depuis 1988, elle se bat dans la dignité contre un des régimes les plus brutaux de la planète.

Mais à part la belle prestation de Michèle Yeoh, il n’y a pas grand-chose d’autre à souligner dans cette biographie superficielle, assez inconsistante, à l’esthétique de carte postale plutôt dérangeante. On n’apprend quasiment rien sur ses idées, la junte paraît plus ridicule que terrifiante (elle ne la tue pas par peur des fantômes !), les soutiens économiques (des pétroliers français, notamment) qui permettent au régime de se maintenir sont totalement éclipsés.

Et pour cause : Luc Besson a voulu avant tout filmer une belle histoire d’amour en mettant en valeur le soutien inconditionnel de son mari anglais, même au plus fort de la maladie. C’est vrai que cette relation-là est magnifique. Mais trop réductrice pour une personnalité aussi impressionnante qu’Aung San Suu Kyi.

P.L.

The lady

Biopic

Réalisé par Luc Besson

Avec Michelle Yeoh, David Thewlis

Durée 2h07

Les plus consultés

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be