“Mon idole sportive ? Mon fils David !”

Françoise Beckers, la maman de Goffin, a observé de loin mais avec passion la magnifique semaine parisienne de son fils. Première supportrice de David, elle joue sans retenue le rôle de la mère protectrice

Placée en seconde ligne dans le box des invités de David Goffin, Françoise Beckers n’a pas perdu la moindre miette du spectacle entre son fils et son idole, Federer. “J’étais émue car je repensais à tous les posters dans sa chambre”, souligne d’emblée sa maman. “Il nous a tant parlé de la classe et du talent du Suisse. Le voir sur le même terrain que son idole, un sentiment indescriptible.”

Durant l’interview sur le terrain en face du Bâlois, elle a reconnu les traits de caractère de son David. “Enfant, il était timide. Il s’est ouvert de plus en plus ces dernières années. Avec un micro en main, devant des milliers de personne, il est resté fidèle à lui-même. Je l’ai croisé après la rencontre. Il était encore sur son petit nuage. Dans les vestiaires, il parlait encore et encore. Un moment magique.”

Maman protectrice, elle n’a pas caché son émotion en évoquant la fulgurante ascension de son enfant. “Tout s’est vite mis en place. J’ai toujours eu conscience qu’il possédait un réel talent, mais je ne m’attendais pas à ce que tout aille si vite.”

Jamais loin de son enfant, elle refuse de tirer à elle les projecteurs. “Durant quelques jours, une certaine effervescence entoure notre famille, mais elle va vite retomber”, confie celle qui a divorcé de Michel Goffin il y a plus ou moins 10 ans. “Ma vie n’a pas changé. Hier (lisez : avant-hier), je suis rentrée de Paris après la rencontre car j’ai repris mon travail dans une industrie chimique aujourd’hui (lisez : hier). Au boulot, j’ai reçu de nombreux appels, mails et autres SMS, autant de signes sympas qui font plaisir.”

Présente en Belgique durant la majeure partie de la semaine passée, Françoise Beckers a épluché tous les journaux. “J’ai acheté toute la presse afin de découper tout ce qui concernait son parcours à Roland-Garros. J’ai regardé avec assiduité les journaux télévisés ou écouté les émissions de radio. Sinon son parcours à Paris ne change pas mon existence. En revanche, il pourra maintenant intégrer les plus grands tournois sans passer par les qualifs.”

Même si elle refuse de jouer un rôle sportif dans l’entourage de David, Françoise Beckers observe à distance sa carrière pas à pas. “Durant 6 mois, il a énormément travaillé l’aspect mental. Il s’est fortifié aussi. Quelle puissance désormais ! Ses problèmes physiques de l’année dernière appartiennent au passé.”

Connu et reconnu sur le circuit, David Goffin n’a pas vendu son âme au diable. Joueur talentueux, sportif amoureux de la balle, il ressent de manière cyclique le besoin de sortir de cette bulle. Il prend alors la destination du domicile de sa maman.

“Il adore rentrer à la maison”, poursuit-elle en attendant qu’il l’appelle pour lui annoncer l’heure de son retour. “Il a alors besoin de déconnecter. Il passe du temps avec sa petite amie. Il s’enfuit sur un terrain de golf. Je lui laisse une grande liberté. David a toujours été sage et mature. Je ne me souviens de bêtises qu’il a pu commettre. Vu son style de vie, il est vite entré dans le monde des adultes. Il manie avec un grand art tous les sports de balle ou ballon. Son papa suit beaucoup l’aspect tennis. Moi, je suis présente pour le reste.”

Parmi le reste, Françoise Beckers ne cache pas sa satisfaction d’avoir poussé son fils à obtenir son diplôme de rhétorique.

“J’ai souffert lorsqu’il est entré dans le centre tennis-études de Mons à 11 ans. J’ai toujours mis un point d’honneur à ce qu’il termine son cycle scolaire. Certains arrêtent trop tôt. À 17 ans, il a obtenu son diplôme. Ensuite, il est passé pro sur le circuit, ce qui l’empêchait de mener ses études. Il aurait aimé devenir kiné ou médecin du sport. Ces dernières années, il s’est contenté d’apprendre les langues.”

Discrète, elle suivra toujours le parcours de son fils dans l’ombre des autres membres du staff. À Roland-Garros, elle figurait plus près du siège de l’épouse de Roger Federer que du noyau dur du clan Goffin.

“Je ne sais pas si je me rendrai à Wimbledon ou aux JO. On verra.”

Seule certitude, elle joue à 100 % son rôle de maman qui préserve son fils des nuisances sous toutes ses formes. D’ail-leurs, ne lui demandez pas qui est son idole.

“Mon idole ? David ! Avant lui, j’adorais Mats Wilander. D’ail-leurs, je lui trouvais de nombreuses qualités que mon fils possède : prise de balle rapide, jeu vif et vista.” Une vraie maman...

Thibaut Vinel

Pour la plupart des Belges, David Goffin est sorti de l’ombre la semaine dernière. PHOTO NEWS

Les plus consultés

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be