Wilander, Hingis et la cocaïne…

BRUXELLES Le cas de dopage recensé dans le milieu du tennis belge est un peu particulier. Il relève de ce que l’on appelle le dopage social, qui englobe la prise de drogues et autres produits euphorisants, généralement lors de soirées. Il n’en reste pas moins tout aussi répréhensible, même si les sanctions prononcées sont parfois moindres. La prise de cocaïne, ainsi, était monnaie courante sur le circuit dans les années 80, où on s’amusait beaucoup. Mats Wilander fut contrôlé positif à cette substance à Roland-Garros en 1995 et Martina Hingis prit même deux ans de suspension fin 2007. Richard Gasquet fit aussi l’actualité suite à son baiser à la cocaïne à Miami en 2009, avant d’être finalement blanchi…

S. F.

Les plus consultés

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be