Le nouvel Intouchables

Populaire. Une comédie brillante de légèreté joliment stylée

RÉSUMÉ. Peu désireuse de faire carrière dans le petit commerce villageois de son papa, Rose Pamphyle part à la ville pour exercer le métier de ses rêves : celui de secrétaire. Car en 1958, “secrétaire, c’est moderne”. En dépit de ses inaptitudes hors norme, Louis Echard l’engage pour son cabinet d’assureurs. Avec une idée derrière la tête concernant la jolie blonde. L’inscrire à un prestigieux concours de vitesse dactylographique régional 1959 ! Participer ne lui suffit pas : elle doit gagner. Et pour ça, elle doit apprendre à taper à dix doigts, mais aussi entretenir sa condition physique pour ne pas fatiguer. Mais Rose n’est pas aussi docile qu’espéré.

(((((

NOTRE AVIS. Le coup de cœur dans toute sa splendeur. À l’image d’Intouchables. Le genre de petit bijou qu’on n’irait pas voir sur base du résumé (ça intéresse qui, un concours de vitesse à la machine à écrire dans les années 50 ?) mais qu’on pourrait regretter de ne pas avoir visionné en salle, dans une ambiance joyeuse, légère, hors du temps.

Pour son premier long métrage, Régis Roinsard fait souffler un vent de fraîcheur sur la comédie romantique en tournant à la manière de Blake Edwards (Diamants sur canapé), George Cukor (My fair lady) ou Billy Wilder (7 ans de réflexion), avec grâce et juste ce qu’il faut de décalage dans le jeu et la mise en scène pour que l’humour tendre fasse mouche. À tout moment, on s’attend à voir les protagonistes chanter (ce qu’ils ne font pas), ou danser (une séquence magistrale de tango), ou jaillir les répliques les plus délicieusement naïves. Mais alors que les divertissements des années 50 et 60 misaient sur la douceur, le cinéaste français, lui, donne une véritable profondeur psychologique et des fêlures à chacun de ses personnages. Avec en outre un vrai fond sur l’émancipation féminine et l’évolution des relations amoureuses.

Impossible de ne pas fondre de plaisir comme une crème glacée accolée au four devant la fausse sévérité de Romain Duris, le charme de Bérénice Bejo, le cynisme rétro de Nicolas Bedos et, surtout, l’entêtement et la malice de Déborah François, juste parfaite dans un registre pétillant à la Audrey Hepburn. Du bonheur à l’état pur.

P. L.

Populaire

Comédie

Réalisé par Régis Roinsard

Avec Déborah François, Romain Duris, Nicolas Bedos, Bérénice Bejo

Durée 1h51

Brillant, léger, drôle, inspiré, Populaire est sans conteste un des gros coups de cœur de 2012.cineart

Les plus consultés

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be