Mieux vaut voir ça qu’être cyclope…

Laurent Patrick
Mieux vaut voir ça qu’être cyclope…

RÉSUMÉ. Le champ de force protégeant le camp des Sang-Mêlés ne résistera plus longtemps aux assauts des ennemis. Seule la Toison d’or et ses pouvoirs de guérison miraculeux permettraient de le rétablir. Mais il se trouve dans la mer des monstres. La mission, forcément périlleuse, est confiée au meilleur élément des descendants mythologiques : Clarisse. Mais Percy Jackson est convaincu qu’il possède plus de chances de la mener à bien avec ses amis Grover et Annabeth et son demi-frère cyclope un peu demeuré. Il ignore qu’un cousin veut s’emparer de l’étoffe pour faire renaître le titan Kronos et écraser ainsi les dieux de l’Olympe.

(;;;;

NOTRE AVIS. Inepte. Trois ans après un premier opus décevant logiquement boudé par le public, Percy Jackson revient dans une aventure dénuée d’attrait, truffée d’aides divines ridicules (la vague qui permet de surfer, les lignes lumineuses qui apparaissent dans la mer pour trouver la bonne direction, etc.) et de développements enfantins. Pourquoi diable le demi-frère cyclope doit-il être transformé physiquement pour avoir deux yeux ? Mystère. Comment Poséidon a-t-il pu prévoir qu’il fallait écrire sur une épée rétractable la phrase qui pourrait sauver Percy face à un terrible danger ? Mystère. Comment Hermès a-t-il su qu’un vent de tempête contenu dans un thermos amènerait les ados à bon port ? Mystère. On en passe et des plus ridicules. Les scénaristes ne se sont pas souciés une seconde de la cohérence (Percy Jackson est le seul à combattre le taureau de feu mais Clarisse est déclarée la plus brave pour avoir gagné une épreuve d’escalade : on croit rêver…) et n’ont jamais cherché à construire une histoire solide : il suffit de faire appel aux dieux de la famille quand tout va mal et les problèmes disparaissent presque d’eux-mêmes.

Dire qu’on se fiche totalement de ce qui se passe à l’écran tient de l’euphémisme. Tout est trop facile, convenu, stéréotypé, simpliste pour accrocher l’attention. C’est de la bibliothèque rose portée naïvement et au premier degré sur grand écran. Même le clin d’œil à Pinocchio prend l’eau. Seuls les effets spéciaux échappent au naufrage dans cette mer des monstres. C’est bien le minimum pour un blockbuster hollywoodien.

Patrick Laurent

Percy Jackson : la mer des monstres

Aventure pour ados

Réalisé par Thor Freudenthal

Avec Logan Lerman, Alexandra Daddario, Brandon T. Jackson, Jake Abel, Nathan Fillion, Sean Bean, Stanley Tucci

Durée 1h46

Les plus consultés

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be