Le combat d’un cow-boy contre le sida

Laurent Patrick

RÉSUMÉ Le rodéo. Voilà à quoi se limite l’univers de Ron Woodroof. Il n’y côtoie que d’autres Texans portant chapeau et bottes de cow-boy comme lui, des filles faciles destinées à lui donner du courage avant d’enfourcher un taureau ou des pigeons à plumer grâce aux paris. La discussion, il ne connaît pas. Pour lui, tout est toujours simple. Et peut se régler avec les poings. D’ailleurs, l’envie de botter les fesses du médecin qui lui apprend qu’il a le sida le démangerait si ce n’était aussi risible. Dans le Texas, en 1986, tout le monde le sait : cette maladie ne concerne que les homos. Mais quand ses copains commencent à le traiter comme une fille, là, il ne rit plus du tout. D’autant qu’il ne lui reste que 30 jours à vivre. Une échéance inacceptable. Comme l’AZT n’est pas sûre, il se rend au Mexique pour tester tous les traitements autorisés dans les autres pays. Et ça marche. Tellement qu’il propose aux autres malades de profiter légalement des mêmes soins. Ce qui rend furieuse l’administration américaine.

(((;;

NOTRE AVIS Tourné en 25 jours à peine avec un budget dérisoire (Matthew McConaughey y est allé de sa poche pour boucler le financement de 5 millions de $), Dallas buyers club se révèle fascinant pour son interprétation (Jared Leto et Matthew McConaughey ont tous les deux perdu 20 kg pour rendre plus crédibles leurs personnages) mais plutôt dérangeant sur le fond.

Cette histoire vraie révèle les dysfonctionnements de l’administration américaine, plus prompte à satisfaire le lobby pharmaceutique qu’à améliorer la santé des malades. Ce qui correspondait peut-être à la réalité dans les années 80. Mais elle jette en même temps le discrédit sur le corps médical tout en prônant l’automédication, ce qui est quand même nettement plus douteux.

Difficile de croire que seul Ron Woodroof et un médecin mexicain qui a perdu sa licence aient connaissance des traitements qui font leurs preuves dans le monde alors qu’aux USA tous les hôpitaux s’obstinent avec un médicament aux résultats douteux. Difficile de tirer des conclusions universelles de ce récit-là. Ce film-là vient malheureusement 20 ans trop tard : à l’époque, il aurait permis d’ouvrir les yeux sur une maladie taboue entourée de mythes tenaces.

Restent donc des performances magistrales de Matthew McConaughey et Jared Leto, logiquement nominés aux Oscars pour leurs performances pleines d’humanité, de sensibilité, d’évolution et parfois même d’humour. À voir pour eux avant tout.

Patrick Laurent

Dallas buyers club

Drame

Réalisé par Jean-Marc Vallée

Avec Matthew McConaughey, Jennifer Garner, Jared Leto, Steve Zahn

Durée 1h57

Les plus consultés

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be