"Une sous-préfecture ferroviaire"

Bechet Marc

François Schreuer (Vega) estime que Liège manque d’ambition ferroviaire On attendait Écolo sur le dossier du rail liégeois, c’est finalement François Schreuer (Vega, Vert et à Gauche) qui a tenu le discours le plus engagé en faveur d’un rail fort, en Wallonie et à Liège.

Là où le PTB et Écolo ont souligné l’importance d’un rail solidaire (avec les autres villes wallonnes notamment) mais aussi d’un rail séduisant (pour éviter qu’un manque d’offre ne finisse par décourager les navetteurs), le conseiller Vega a, quant à lui, mis l’accent sur "la dégradation globale de ce service public".

Personne dans l’assemblée n’a pu lui donner tort. "C’est simple à comprendre, quand on supprime des trains, les trains qui restent ont tendance à se vider aussi. Si vous habitez Esneux et que vous voulez vous rendre à Paris par exemple mais que vous n’avez pas de train pour vous rendre, d’abord, à Liège, c’est en voiture que vous irez à Paris." L’exemple est d’actualité.

Pour un rail fort, il faut des sous bien sûr… la faute au manque de moyens ? "Oui bien sûr, mais j’ai surtout l’impression qu’il y a aujourd’hui une incapacité à formuler un vrai projet. Liège est mal défendue sur le plan ferroviaire car il y a un manque de projets. Liège devient donc une sous-sous-préfecture ferroviaire."

La pierre est lancée dans le jardin de tous les partis qui participent ou qui ont participé à une majorité… Non sans rappeler qu’il allait voter en faveur de la motion, le conseiller Vega a encore déploré "la monoculture TGV".

Entendons cette priorité donnée aux lignes à grandes vitesses rendant le prix de certains voyages inaccessibles… "il devient moins cher d’utiliser Ryanair".

Voilà qui est dit !

M. B.

Les plus consultés

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be