"Il n’y a pas beaucoup d’options à part l’arc-en-ciel"

Sarah Freres
photo LLB
©Bauweraerts Didier

politique Maggie De Block serait ravie d’avoir une femme libérale comme Première ministre.

Comme la présidente de son parti, Gwendolyn Rutten, Maggie De Block, ministre de l’Asile et de la Migration, salue le travail de Paul Magnette, informateur royal. En s’attaquant d’abord au contenu, sa méthode séduit. La libérale flamande estime "prématuré" de trop s’aventurer dans les confidences. Mais livre tout de même quelques éléments…

Un des points abordés par Paul Magnette porte sur la migration. Est-ce possible de trouver des points de convergence avec la gauche francophone ?

"Vous posez la question à quelqu’un qui a été secrétaire d’État avec le PS (rires). On peut toujours en parler. À l’époque, on a fait des réformes avec le CDH et les socialistes. Donc, pourquoi pas ?"

Est-il préférable de former un gouvernement avec ou sans la N-VA ? L’Open VLD semble favorable à la première option…

"Ça dépend qui dit quoi. Le bourgmestre de Courtrai dit qu’il préfère être avec la N-VA parce qu’il est en coalition avec elle dans sa ville. Mathias De Clercq, à Gand, mène un projet avec les verts, les socialistes et le CD&V, donc il préfère l’arc-en-ciel."

Et vous ?

"Un pays n’est pas une ville. Je trouve qu’il faut regarder le contenu. Sur quoi est-on d’accord ? Il est évident que nous sommes plus proches de la N-VA que des verts au niveau socio-économique. Mais côté communautaire, institutionnel, l’Open VLD et le MR ne veulent pas tout régionaliser. On ne veut pas scinder le pays. Tout va dépendre des négociations et nous ne sommes pas encore en train de négocier."

Imaginons le scénario de l’arc-en-ciel. Serait-ce tenable, pour l’Open VLD, d’être à la manœuvre avec la gauche francophone tout en ayant le Vlaams Belang et la N-VA dans l’opposition ?

"Il n’y a pas énormément d’options à part celle-là. Ce n’est pas impossible mais c’est trop tôt pour le dire. On verra. Certains thèmes importants, comme la sécurité, les soins de santé, la protection sociale, les pensions n’ont pas encore été abordés."

La présidence de l’Open VLD sera renouvelée en mars. Êtes-vous candidate ?

"Le CD&V et le MR sont dans leur deuxième tour - et ce sont à nouveau deux hommes ! - nous nous concentrons sur les négociations. Pour l’instant, il faut soutenir la présidente dans ces démarches. Elle doit se concentrer là-dessus et pas sur les élections pour la présidence."

Faudrait-il plus de femmes en politique ?

"Oui ! Je suis ravie d’avoir une femme libérale comme Première ministre. Mais je voudrais que la parité soit instaurée dans le gouvernement. Le gouvernement et l’assemblée parlementaire doivent être paritaires, à l’image de la société. Quand je suis entrée à la Chambre, en 1999, nous étions 15 % de femmes. Une espèce rare (rires) ! Ça a désormais changé dans toutes les commissions. Mais je pense que ça doit aussi être le cas au sein du gouvernement, même s’il est évident qu’on choisit les ministres en fonction de leurs compétences."

S. F.

Les plus consultés

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be