Adoptés pendant le confinement et désormais abandonnés, les poussins victimes de leur succès

Stars du confinement, les volatiles sont aujourd’hui abandonnés en nombre.

AVESNES-LE-SEC AVICULTURE
©BELGAIMAGE

Pendant le premier confinement, de nombreux Belges ont adopté des poules et élevé des poussins… pour les abandonner par la suite. L’association Les poules heureuses, qui prend en charge des volatiles abandonnés et maltraités en fait malheureusement les frais.

"Il y a énormément d'abandons de coqs depuis le début de la crise. En fait, les gens laissent leurs poules se reproduire, avoir des poussins parce que ça les amuse et que ça amuse les enfants, puis ils abandonnent les coqs parce qu'ils ne leur servent à rien. Depuis quelque temps, c'est la folie : les gens achètent des couveuses artificielles et font des petites expériences. Pour certains, c'est devenu un hobby à part entière et on trouve du matériel de ce type dans toutes les animaleries. Depuis le début du confinement, j'ai recueilli plus d'une centaine de coqs. Les gens ne se rendent pas compte de l'imbécillité de la situation Et à côté de ça, il y a aussi des abandons de poules sauvées des abattoirs : là encore, les gens en ont adopté pendant le confinement puis s'en sont lassés", déplore Maryse Borremans, présidente de l'association.

Une recherche rapide sur internet permet de trouver des couveuses artificielles pour moins de 30 euros. Résultat des courses ? Les poules et les coqs sont partout. "On en trouve sur les parkings de grande surface, dans les rues, dans les parcs. Pour la plupart complètement affamés et traumatisés", dénonce la défenseuse des animaux. Une situation d'autant plus triste quand on connaît le niveau de sensibilité et d'intelligence de ces animaux.

"Ce sont des animaux à part entière, comme les chiens ou les chats. Ils ont des besoins spécifiques et sont extrêmement intelligents. Non, ce n'est pas con une poule, que du contraire". Maryse Borremans en veut pour preuve les relations qu'elle parvient à créer avec les animaux qu'elle recueille "J'ai recueilli récemment un petit poussin de deux, trois jours, qui était dans une couveuse. On a développé un vrai lien. Il communique quand il a faim, quand il aime quelque chose ou au contraire, quand quelque chose ne lui convient pas. Les poules sont les animaux les moins considérés dans notre société car il y a une vraie méconnaissance à leur sujet."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be