USA: le contrebandier cachait serpents et lézards cornus dans son pantalon

Des serpents et des lézards cornus dans le pantalon: c'est la méthode audacieuse qu'un contrebandier avait choisie pour tenter d'introduire les reptiles aux Etats-Unis.

AFP
USA: le contrebandier cachait serpents et lézards cornus dans son pantalon
©Shutterstock

Lorsque l'homme, un Américain de 30 ans, a été intercepté fin février à la frontière avec le Mexique près de San Diego (Californie), les douaniers ont découvert au total 52 animaux dissimulés sur sa personne.

On ignore si c'est un mouvement suspect sous ses vêtements qui a attiré l'attention des douaniers lors de son arrivée à la frontière mais ils lui ont demandé de se ranger sur le côté pour le fouiller.

Le passeur avait enfermé les reptiles - neuf serpents et 43 lézards cornus - dans des petits sacs en plastique qu'il avait cachés "sous sa veste, dans les poches de son pantalon et au niveau de son entrejambe", expliquent les douanes américaines dans un communiqué publié lundi.

"Les contrebandiers sont prêts à essayer n'importe quoi pour tenter de faire passer leurs produits, ou dans ce cas des reptiles vivants, de l'autre côté de la frontière", commente Sidney Aki, l'un des responsables des douanes de San Diego.

Les animaux, qui appartiennent pour certains à des espèces menacées, ont été placés en observation tandis que le contrebandier a été arrêté.

Québec: des restaurateurs tournent le dos à Poutine, sans renoncer à la poutine

Jusqu'ici, personne au Québec n'associait la poutine, emblématique plat composé de frites, fromage et sauce brune, à Vladimir Poutine. Mais l'invasion de l'Ukraine par la Russie a rebattu les cartes et poussé certains restaurants canadiens à modifier les leurs.

Un restaurant de Drummondville, ville située à une centaine de kilomètres à l'est de Montréal, a retiré le terme "poutine" de son menu. Si le célèbre plat québécois est toujours servi au restaurant Le Roy Jucep, qui se proclame l'inventeur de la poutine depuis son ouverture en 1956, il s'appelle dorénavant le "frite-fromage-sauce".

La chaîne de restaurants Frites Alors!, qui compte une dizaine de franchises au Québec et quelques unes en France, vient elle aussi de modifier sa carte: sa poutine classique, qui portait le prénom du président russe, porte maintenant celui du président ukrainien.

"On a décidé de l'appeler la Volodymyr au lieu de Vladimir" pour le "tourner en dérision", a raconté jeudi à l'AFP Yannick De Groote, l'un des responsables de Frites Alors!, un restaurant établi dans la province francophone par des Belges depuis une trentaine d'années.

Dans les jours qui ont suivi le début de la guerre le 24 février, des clients de la chaîne de restauration, connue pour sa grande variété de poutines avec différentes garnitures, ont suggéré de revoir le nom de la "Vladimir", le grand classique du restaurant.

"Quand les gens se sont vraiment rendu compte que Poutine était en train de larguer des bombes, on a fait le changement", a renchéri Yannick De Groote, précisant que les commentaires de sa clientèle étaient "respectueux, pas comme en France où il y a eu des menaces".

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be