Des habitants de Hangzhou, grande ville située à quelque 160 km au sud-ouest de Shanghai, ont repéré jeudi la présence d'un félin en liberté. Certains ont alors pensé que l'animal avait pu s'échapper d'un zoo voisin.

Mais le parc animalier de Hangzhou, qui abrite de nombreux animaux de la savane, a dans un premier temps démenti tout lien. Avant d'annoncer samedi une fermeture temporaire pour "raisons de sécurité".

La nouvelle est rapidement devenue virale sur les réseaux sociaux.

Ce n'est que bien plus tard samedi que le zoo a finalement admis qu'un de ses pensionnaires s'était fait la belle. Et le parc animalier de présenter des excuses pour ne pas avoir donné l'alerte plus tôt, afin de ne pas "semer la panique" et d'éviter une publicité négative à l'approche des congés du 1er mai.

La police a précisé qu'un léopard s'était enfui dès le 19 avril lorsqu'un employé du zoo chargé du nettoyage avait enfreint des règles de sécurité, qui n'ont pas été précisées.

Les autorités locales ont annoncé lundi l'arrestation de cinq personnes, dont le responsable du zoo, et l'ouverture d'une enquête.

D'après les médias chinois, ce sont en tout trois jeunes léopards qui ont fui le parc animalier. Deux ont pu être capturés, le troisième était toujours recherché lundi avec d'importants moyens, notamment aériens.

La vidéo d'un jeune léopard se débattant désespérément au moment de sa capture face à une meute de chiens agressifs a par ailleurs provoqué un tollé sur les réseaux sociaux.

Tout comme les images d'un des léopards capturés se reposant dans un enclos avec une patte arrière apparemment manquante.

"Qu'ont fait ces jeunes léopards pour être malmenés de la sorte [...] à cause d'une très mauvaise gestion" du zoo, s'indignait un internaute sur Weibo, équivalent de Twitter.

Les parcs animaliers en Chine font fréquemment l'objet de critiques pour les conditions de vie des animaux mais également pour des incidents mortels imputés à des règles de sécurité laxistes.

Ce n'est pas la première fois que des animaux sauvages sèment la terreur dans le pays.

Le mois dernier, un tigre de Sibérie s'était retrouvé nez à nez avec un paysan dans un village frontalier de la Russie avant de l'attaquer, avait rapporté la presse locale.