Vétérinaire passionnée depuis de longues années, Fabienne Godin pousse un véritable cri d’alarme en faveur de la sauvegarde des hérissons. Chaque année, cette praticienne de Souvret (Courcelles) doit soigner des dizaines de hérissons blessés par des robots-tondeuses. Mais cette année plus que les autres, les blessures, souvent graves, sont nombreuses.

Mercredi, une quinzaine d’échidnés sont arrivés chez elle, avec des entailles plus ou moins sérieuses. "Ils sont arrivés en provenance du centre creaves pour hérissons de Jumet (NdlR : L’Annexe des hérissons), fortement blessés, confie Fabienne Godin. Le centre ne savait pas les soigner car ils nécessitaient des soins vétérinaires. Quatre ont malheureusement dû être euthanasiés et huit restent chez moi pour des soins assez lourds. Trois ont pu regagner le centre pour y poursuivre leur convalescence."

Depuis le début du printemps, Fabienne Godin ne compte plus ses interventions. À chaque fois, les hérissons présentent de profondes entailles à la tête ou aux pattes. "S’ils restent trop longtemps dans la nature sans être soignés, ces hérissons risquent l’infection des plaies, des abcès, l’apparition d’asticots, l’amputation des doigts et, malheureusement le décès."

Si certaines communes wallonnes ont désormais interdit de faire fonctionner les robots-tondeuses la nuit, Fabienne Godin alerte aussi sur d’autres dangers comme les coupe-bordures. Ces engins, utilisés pour couper l’herbe là où la tondeuse ne passe pas, notamment au pied de haies, peuvent sérieusement blesser un hérisson qui y aurait trouvé refuge. "Idem pour les débroussailleuses, alerte Fabienne. Même les filets des goals de foot pour enfants peuvent devenir dangereux. Pris au piège, le hérisson peut se débattre et se provoquer d’importantes blessures (NdlR : à l’instar d’un dauphin ou un phoque pris dans un filet de pêche). Et il y a aussi les feux de branchages. Si vous coupez votre haie et que vous comptez brûler les branchages, faites le tout de suite et n’attendez pas le lendemain. Car le hérisson pourrait s’y réfugier pour s’y reposer. On a déjà eu de grands brûlés au cabinet."

Autant de blessures qui ont un coût… que Fabienne assume presque seule. "On a un accord avec L’Annexe des hérissons : ils me remboursent le coût des médicaments. Mais je ne facture pas le temps passé à soigner ou opérer les hérissons. Je le fais uniquement par amour des animaux, pas par intérêt lucratif."

Et la vétérinaire de conclure : "Si vous devez faire des travaux de jardin, soyez vigilant et vérifiez si vous ne mettez pas en danger un hérisson. Vous pouvez en sauver un certain nombre."